BEAUBOURG : le temple vivant de l’art du XXe siècle

Beaubourg
Le 31 janvier 1977, le centre d’art moderne Pompidou était inauguré.
En raison de son architecture tubulaire colorée révolutionnaire et de son projet d’emmener la modernité au coeur de la Cité, il cristallisant oppositions et polémiques.
Pensé plus comme un lieu de connaissance et de vie que de consommation, il a marqué de nombreuses générations.
Plus de 120 millions de visiteurs se sont pressés aux expositions mémorables des oeuvres de Matisse, Dali, Soulages, Kandinsky, Dubuffet, Liechtenstein ou Bonnard, pour ne citer que les plus grosses affluences.
Doté de plus de 120 000 oeuvres d’art de la période 1905 à 1965, il est devenu un des plus importants musées d’art moderne et contemporain au monde.
Depuis quelques années, il a engagé une politique de rayonnement national et international, ouvrant des extensions à Metz, Bruxelles, Malaga, Abu Dhabi ou Shanghaï.
Il est devenu le musée prêtant le plus d’oeuvres modernes au monde
Moins adapté à l’art du XXIe siècle et doté d’un budget d’acquisition dérisoire (1,5M€ par an), il reste sans conteste le temple vivant de l’art du XXe siècle, au même titre que le musée d’Orsay est le musée du XIXième siècle.
Il ne reste plus qu’à inventer le nouveau lieu du XXIe siècle associant la grande rigueur de Beaubourg et des capacités d’exposition pour toutes les nouvelles formes d’art contemporain, à l’instar de la Fondation Louis Vuitton ou du Palazo Grassi à Venise.
Pour aller plus loin:
Publicités