FARNIENTE : un art essentiel de régénération physique et mentale

Dans une ère d’hyper sollicitation et d’hyper activité, le farniente, ou art de « ne rien faire » est souvent considéré comme une forme d’oisiveté et de paresse, voire un luxe, une perte de temps.

Même en vacances, lorsque cet état d’inactivité, d’être rien qu’à soi dans l’instant présent devrait se savourer, nous nous agitons.

Nous nous mettons en quête de loisirs, d’occupations en tous genres, qui, selon Jean Baudrillard, « reproduisent les mêmes contraintes mentales et pratiques que celles du quotidien ». 

L’homme fuit le vide, le néant, le rien, synonymes d’inutilité immédiate, de « mortel ennui » ou de face à face avec lui-même.

Il privilégie « le faire » tous azimuts, source de stress et d’insatisfaction, au « laisser être », selon la formule de Michel Serres.

Le farniente est pourtant source de régénération physique et mentale.

C’est une fabuleuse thérapie anti stress qui permet de mieux vivre et d’être plus efficace au travail.beach-4078548_960_720

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous