LEAN START UP : un management propice à l’innovation

Process lean start up
Développé par Éric Ries en 2008, le Lean start up est inspiré du Lean Management popularisé dans les années 1980 par le MIT expliquant la performance de l’industrie automobile japonaise (notamment Toyota) par une recherche continue de la performance centrée sur la simplification des processus, la chasse aux gaspillages et l’interaction constante avec l’utilisateur de façon à coller à ses besoins essentiels.
Le Lean start up est une méthode de management d’un produit ou d’un service utilisée par les start up pour se développer de façon frugale, pragmatique, agile et, au final, efficace.
Elle part du constat que le processus classique de lancement d’un produit ou d’un service est souvent long, complexe, coûteux et déconnecté des utilisateurs. Il aboutit à de nombreux échecs par manque de validation et d’adaptation du nouveau produit ou service au marché.
Avant d’entrer dans le cycle itératif de « prototypage, test et adaptation » du Lean start up, Ash Maurya a développé une liste de questions à se poser, « le Lean canvas », afin de prétester les hypothèses liées au business modèle :
Problème :
Quels sont les trois problèmes principaux client à résoudre ? ;
– Clientèle :
Qui sont vos clients ? Segmentation éventuelle.
Proposition de valeur unique :
En quoi le concept proposé résout de façon pertinente et originale la problématique client ;
– Solution :
Quelles sont les fonctionnalités minimums faisant la valeur et la différence du produit proposé ?
– Canaux :
Quels sont les canaux de distribution gratuits et payants utilisés pour atteindre le client ?
– Coûts :
Quels sont les coûts fixes et variables associés à la réalisation et la vente du produit ?
– Revenus :
Quelles sont les sources de revenues (commission, abonnement,…) liées à la vente du produit, la marge brute et le seuil de rentabilité ?
– Indicateurs clés :
Définir les objectifs chiffrés permettant de valider le produit
Avantages concurrentiels :
Différenciation par rapport à la concurrence.
La méthode de développement en mode Lean Start up comporte trois étapes principales :
– une étape de construction :
Un « Minimum Viable Product » ou MVP, est développé rapidement en économisant temps et argent et en ne retenant que les fonctionnalités indispensables et avérées censées répondre au besoin du client final qu’il envisage de satisfaire. C’est une première version, un prototype ;
– une étape de test ou de mesure :
Le prototype est testé directement auprès du client final pour recueillir le plus d’informations sur la perception de sa valeur et son utilité. Des mesures à la fois qualitatives et quantitatives sont collectées pour analyse. Généralement, le produit ou le service novateur sera testé auprès d’une communauté restreinte d’early adopters. Il est clé à ce stade de veiller à la représentativité de ces bêta-testeurs et à la capacité d’élargissement rapide de cette base initiale ;
– une étape d’apprentissage :
Après dépouillement des différentes mesures, il s’agit d’une phase critique visant à valider ou invalider le prototype et à prendre les actions correctrices pour coller aux besoins réels des clients finaux. Cela peut signifier l’abandon du développement du nouveau produit ou le changement des hypothèses de base du produit pour repartir sur un nouveau et entamer un nouveau cycle de test auprès des utilisateurs finaux. Dans la terminologie « Lean Start up », cela s’appelle faire un « pivotage ».
Le Lean start up est une méthode d’apprentissage et d’itération permettant de gagner en agilité et efficacité. Sa démarche et ses pratiques peuvent être transposées aux grandes entreprises pour le lancement d’un nouveau produit ou service.
Le triptyque « construire, mesurer et apprendre » permet un recentrage sur le core business, l’expérience et la création de valeur tout en instillant une vraie culture entrepreneuriale.
L’utilisation des plateformes en Opensource et les méthodes dites « agiles » permettent d’adapter son développement et son organisation selon une démarche itérative centrée sur le retour et l’expérience utilisateur.
Aller vite à l’essentiel, se concentrer sur ce qui fonctionne, développer quelques fonctionnalités additionnelles dans un deuxième temps, permet de rationaliser les moyens et de les utiliser plus efficacement.
Le Lean start up rapproche incontestablement les équipes parties prenantes de l’utilisateur final favorisant une culture utilisateur forte.
Publicités