METHODE MEZIERES : une thérapie originale du mal de dos

Mal de dos

Mise au point dans les années 1950 par Françoise Mézières, kinésithérapeute, la méthode Mézières est une thérapie globale de rééducation corporelle, à usage curatif, d’entretien ou préventif.

De quoi s’agit-il ?

C’est une technique de kinésithérapie de traitement de la douleur, de rééducation de la posture et de rétablissement de la fonctionnalité complète du corps.

Plus précisément, cette méthode se concentre sur le relâchement des tensions musculaires jusqu’à ce que le corps retrouve des formes équilibrées, symétriques et harmonieuses.

Quels en sont les grands principes ?

  • Les muscles sont organisés en chaîne musculaire ;
  • Les muscles des chaînes sont parfois trop forts ou trop courts ;
  • Toute déformation localisée (élongation ou raccourcissement) provoque le raccourcissement de l’ensemble du système ;
  • Toute opposition à ce raccourcissement provoque instantanément des flexions latérales et des rotations du rachis et des membres ;
  • La rotation des membres due au tonus musculaire trop élevé des chaînes s’effectue toujours en dedans ;
  • Toute élongation, détorsion, douleur, tout effort, entraînent instantanément un blocage respiratoire en inspiration. 

Quels sont les objectifs de cette méthode globale, adaptable à chaque individu ?

  • cibler les chaînes musculaires à réharmoniser (en remontant la chaine musculaire jusqu’aux origines de la douleur, « le mal n’étant jamais où il se manifeste ! ») ;
  • travailler ces chaines musculaires pour les allonger, les détendre ;
  • libérer la respiration en agissant sur le diaphragme qui a une influence déterminante sur la statique et la dynamique du corps, car lié aux différentes chaines musculaires.

Quels sont les techniques utilisées ?

  • les postures d’étirement (en position allongée, assise ou debout) visent à allonger les chaines musculaires rétractées tout en corrigeant les déséquilibres, en empêchant les compensations et en favorisant la liberté respiratoire (tout déséquilibre statique entrainant des blocages respiratoires) ;
  • les massages de facilitation favorisent le relâchement des points douloureux et l’arrêt des spasmes musculaires et permettent de récupérer des sensations musculaires ;
  • les mobilisations permettent de redynamiser les muscles ;
  • le travail sur la libération respiratoire (inspiration et expiration) et le diaphragme, cœur dynamique et statique, qui doit être libre et mobile. 

Comment se déroule une prise en charge individuelle ?

  • lors de la première séance, le thérapeute fait un bilan de santé, observe la structure du corps et sa mobilité et identifie les chaines musculaires à réharmoniser ;
  • durant les autres séances d’une heure environ, le patient va s’exercer à maintenir des postures pendant un certain temps, en position assise, couchée et debout, tout en maintenant une respiration régulière de nature à libérer les tensions dans le corps en particulier au niveau du diaphragme ;
  • la durée du traitement dépend de la gravité du problème.

 

 

Quelles sont les indications ?

  • les algies vertébrales chroniques ou aiguës (« mal au dos ») ;
  • les douleurs chroniques ou aiguës des membres ;
  • les dysfonctionnements respiratoires ;
  • les évictions et déformations orthopédiques ;
  • les tensions musculaires, les suites d’accidents traumatiques…

Les contre-indications ?

La méthode Mézières ne convient pas :

  • aux personnes non motivées et non coopératives : la méthode requiert une mobilisation importante de la part des patients ;
  • aux personnes soufrant d’infections avec fièvre, ou d’inflammations aiguës ;
  • aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

Quels en sont les effets ?

La libération des tensions musculaires et psychiques se traduit par une sensation immédiate de bien-être et d’autoagrandissement ; les désagréments sont possibles (fatigue, courbatures) mais, vont de façon décroissante jusqu’à disparaître.

Les patients du 3e et du 4e âge gagnent un confort important grâce au soulagement des douleurs et au rétablissement de la mobilité.

Quel est le statut des praticiens de cette méthode ? Existe-t-il une formation ?

Les thérapeutes spécialisés dans la méthode Mézières doivent préalablement être diplômés en physiothérapie ou en kinésithérapie.

Une formation à la méthode Mézières est proposée par l’Association méziériste internationale de kinésithérapie (5 cycles d’études d’une semaine répartis sur 2 ans avec stages et production d’un mémoire).

methode mezieresQuel accueil scientifique a-t-il été réservé à cette méthode ?

Non prouvée scientifiquement, cette approche, surnommée par certains, « ostéopathie structurelle » a suscité de nombreuse controverses dans le milieu médical, bien que la plupart des kinésithérapeutes et médecins ne trouvaient rien à redire à ses résultats remarquables. 

La méthode a-t-elle évoluée depuis sa mise au point par François Mézieres  ?

Outre la méthode Mézières originelle défendue aujourd’hui par l’association méziériste internationale de kinésithérapie, des techniques dérivées ont émergées telles la «rééducation posturale globale » ou la « reconstruction posturale » à l’initiative de deux anciens élèves et assistants de Françoise Mézières (Philippe Souchard et Michael Nisand).

reconstruction posturale

Une formation universitaire sur 3 ans de reconstruction posturale a été créée à l’Université des sciences Louis Pasteur de Strasbourg par Michael Nisand, refondue depuis 2017 en Diplôme universitaire de « physiothérapie inductive ».

Nouvelle évolution de la méthode Mézières, la « physiothérapie inductive » postule qu’en amont des déviances posturales et des troubles acquis du système locomoteur, des dérèglements du tonus de base de certains ensembles musculaires seraient causés par certains centres nerveux situés dans des zones du cerveau inaccessibles à la volonté.

physothérapie inductiveL’outil thérapeutique proposé dit d’« induction normalisatrice » consisterait en une succession de postures adaptées à chaque patient, de nature à provoquer des réactions à distance involontaires, générant les effets thérapeutiques recherchés.

Aller plus loin:

 

 

 

 

 

Publicités