BAINS de FORET : les multiples bienfaits sur la santé

foret

Pratique très répandue dans le monde entier, la marche en forêt remonte à la nuit des temps. Dans les années 1980, des études scientifiques ont été menées au Japon pour en évaluer les effets sur la santé. Forts de résultats très bénéfiques, les autorités publiques japonaises en ont fait un des piliers de leur politique de médecine préventive.

De quoi s’agit-il ?

Le bain de forêt consiste en une marche lente d’environ deux heures, sans but précis, dans une forêt dense éloignée des centres urbains

Quels sont ses bienfaits ?

Éveiller tous ses sens aux interactions offertes par le milieu forestier permettrait de se ressourcer, réduire son stress, renforcer son système immunitaire, et d’emmagasiner de l’énergie.

En effet, des études scientifiques sur le sujet font apparaître que :

  • marcher 20 min en forêt, s’assoir et l’observer pendant 20 min supplémentaires se traduit par :
    • une augmentation du calme et du bien-être ;
    • une baisse du cortisol salivaire (signe de stress), de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle ;
    • une diminution de l’activité de la zone préfrontale du cerveau.
  • marcher 2h en forêt provoque :
    • une amélioration de la capacité de concentration et de clarté mentale ;
    • une diminution de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle ;
    • une réduction du stress ;
    • une augmentation de l’activité du système immunitaire ;
    • une augmentation de l’activité du système nerveux parasympathique (état intérieur apaisé).
  • rester trois jours en forêt entraîne :
    • une diminution de l’adrénaline urinaire (hormone liée aux situations de stress) ;
    • une augmentation du nombre et de l’activité (+50 %) des cellules « natural killers » (NK), mobilisées par le système immunitaire pour prévenir les infections et empêcher la croissance des tumeurs cancéreuses. Cette augmentation d’activité des cellules NK se prolongerait plus d’un mois après les trois jours en forêt.

forêtComment profiter au mieux de cette expérience immersive en milieu forestier ?

Cela nécessite de :

  • porter des vêtements confortables de préférence en fibres naturelles ;
  • s’éloigner de toute pollution sonore, visuelle, et de se couper du monde extérieur (téléphones, appareils électroniques…) ;
  • Placer ses cinq sens en éveil pour s’imprégner par les sons, les images et les odeurs de la forêt ;
  • déambuler lentement sans but précis au gré de l’intuition jusqu’à se perdre ;
  • faire des pauses de temps à autre et observer les arbres, les nuances de couleurs, les rayons de lumière, la faune et la flore environnante, écouter les silences, les mouvements de la nature, les oiseaux ;
  • se concentrer sur sa respiration : inspirer et expirer profondément les essences riches en huiles essentielles et en phytocides (substances chimiques produites par les arbres).
  • interagir avec les éléments en marchant sur un tapis de feuilles, en trempant ses mains dans un ruisseau, en saisissant un tronc d’arbre ;
  • consommer des repas à base de plantes comestibles ;

Ce qui compte lors d’un bain de forêt, c’est d’être présent à l’expérience, de se connecter et d’évoluer en harmonie avec la nature. En cela, il est une forme de méditation active menant au bien-être. Outre se mettre « au vert », cette redécouverte de la nature peut contribuer à sa protection.

Amélioration du sommeil et de l’humeur, renforcement du système immunitaire seraient le résultat de cette reconnexion à la Nature, que le développement de la technique par l’homme s’est acharné à transformer et à domestiquer aux dépens de sa santé et de son équilibre.

En oeuvrant avec harmonie avec « Dame Nature », l’homme pourrait pourtant renforcer sa capacité innée à guérir. 

Publicités