05/02/2019 – NOUVEL AN CHINOIS : sa signification, ses traditions

Le Nouvel An chinois ou Nouvel An lunaire ou « passage de l’année »  est le premier jour du premier mois du calendrier chinois. C’est le début de la fête du printemps qui dure quinze jours et se conclue par la fête des lanternes.

Qu’est-ce que le calendrier chinois ?

Le calendrier chinois instauré au IIè siècle avant J-C par l’empereur Wudi de la dynastie Han est un calendrier luni-solaire aux mois lunaires: le premier jour de chaque mois est la nouvelle lune et le 15e jour est la pleine lune. Sachant que dans une année solaire, il y a douze mois lunaires et une dizaine de jours en plus, tous les 2 ou 3 ans, un 13e mois supplémentaire intercalaire est ajouté.

Chaque année chinoise est associée à un des signes du zodiaque chinois qui se succède de façon cyclique : rat, bœuf (ou buffle), tigre, lapin (ou lièvre, mais chat pour les Vietnamiens), dragon, serpent, cheval, chèvre, singe, coq, chien, cochon.

Chaque année est associée à un des cinq éléments : métal, eau, bois, feu, terre.

nouvel anQuelle est la date du Nouvel An chinois ?

La date du Nouvel An chinois se situe entre le 21 janvier et le 19 février et varie d’une année sur l’autre. Le « passage de l’année » a lieu durant la nuit du dernier jour du douzième mois lunaire. Il correspond à la deuxième nouvelle lune après le solstice d’hiver, lorsque le soleil se trouve dans le signe du verseau. L’alignement astronomique signalant la nouvelle lune est déterminé traditionnellement à l’observatoire de la Montagne Pourpre à Nankin.

Année Date Signe de l’année (branche terrestre) Élément
2017 28/01/2017 coq
Feu
2018 16/02/2018 chien
Terre
2019 05/02/2019 cochon
Terre
2020 24/01/2020 rat
Métal

Le mot « année » était à l’origine le nom d’un monstre, Nian, censé roder autour des villages une nuit par an, obligeant les habitants à s’enfermer dans leur maison et à veiller jusqu’à son départ au petit matin.

Quelles célébrations pour le Nouvel An ?

La pratique générale veut que l’on se débarrasse des mauvaises influences de l’année passée et que l’on reparte d’un nouveau pied.

Les célébrations principales comportent :

  • un petit Nouvel An une semaine avant,
  • un réveillon aux noms de plats auspicieux,
  • une nuit de veille occupée à jouer au mahjong, à distribuer des étrennes dans des enveloppes rouges, ou à allumer des pétards a mèches pour chasser les mauvaises influences.
  • un lendemain de recueillement, de traditions et de coutumes.

La semaine précédant le Nouvel An, le 23 ou le 24 du 12e mois, a lieu le  » petit Nouvel An » une cérémonie d’adieu au Dieu du Foyer qui doit faire un long voyage pour rapporter des bonnes et mauvaises actions de la famille à l’Empereur de jade. Pour obtenir sa clémence, on dépose des bonbons devant son image en espérant qu’il ne dise pas de mal, puis on brule son effigie. pour que le Génie s’envole avec la fumée. Un nouveau portrait est affiché quelques jours plus tard.nouvel an

Un grand nettoyage de la maison est effectué. Des souhaits sont écrits sur du papier rouge, aux caractères auspicieux comme « bonheur » ou « printemps ». On accroche une bande de papier rouge sur chacun des montants de la porte d’entrée sur laquelle est écrit un vers ; les deux vers se répondant et constituant une inscription parallèle.

Le repas du Nouvel An a souvent lieu au domicile des aînés de la famille. Le dîner de réveillon est copieux et comporte des plats symboliques de santé, de réussite dans les études tels que le poisson (homophone de « surplus »), des raviolis (à la forme de lingots). Le dessert traditionnel est le « gâteau de l’An » (« gâteau » étant homophone de grandir), gage de croissance et de bonne fortune.

Des étrennes contenant de l’argent et des vœux (« Félicitations et faite fortune ») dans des enveloppes rouges sont distribuées par les aînés aux enfants et aux jeunes non mariés afin de leur porter chance toute la nouvelle année. A la campagne, les enfants étaient autorisés à faire éclater le soir du réveillon des pétards ou à faire brûler des feux de bengale. Une chaîne de pétards doit être allumée par chaque foyer à l’arrivée du premier jour de l’année .

Une coutume ancienne veut que se coucher le plus tard possible soit un gage de longévité. Cela signifie « monter la garde de l’année ».

Le matin, beaucoup se rendent au temple local, puis sur les tombes des ancêtres. Plus la visite au temple est précoce, plus on aura de chance dans l’année. Les familles qui en avaient les moyens commandaient une danse de lion ou de dragon (symbolisant la Noblesse, la Bravoure et la Chance). Hors de Chine comme Paris, la diaspora chinoise organise une parade du dragon. Cette tradition a débuté à San Francisco dans la seconde moitié du XIXe siècle.nouvel an

La première journée était théoriquement consacrée aux visites (parents aînés, supérieurs hiérarchiques) ; cette activité s’appelle « saluer l’année ».

Le jour du Nouvel An, on doit porter des vêtements neufs, avec du rouge, couleur auspicieuse. On ne fait pas de ménage, ni de grande toilette.nouvel anLe deuxième jour est traditionnellement celui où les femmes mariées rendent visite à leur famille avec enfants et mari.

Le cinquième jour est en général celui de réouverture des commerces. À Hong Kong c’est l’anniversaire du Dieu de la richesse. Des pétards sont allumés et des danses de lions organisées.

Le septième jour était pour certains celui où tout le monde changeait d’âge, les dates de naissances exactes étant autrefois tenues secrètes.

Le huitième ou neuvième jour est l’anniversaire du dieu du Ciel assimilé à l’Empereur de jade. Le quinze du premier mois est la dernière journée de la fête du printemps, marquée par la fête des lanternes.

chinese-new-year-2084061_960_720.jpgDans quels pays est-il célébré ?

Le Nouvel An est célébré officiellement en République populaire de Chine (sept jours de congés), à Taïwan (au moins cinq jours), à Hong Kong et Macao (trois jours) et dans les pays d’Asie où l’influence de la culture chinoise est importante, ou ayant une importante minorité de Chinois : Singapour et Malaisie (deux jours), Philippines (trois jours), Brunei et Indonésie (un jour), Thaïlande, Viêt Nam (fête du Têt, trois jours, avec un jour de décalage avec la Chine tous les 22 ou 23 ans pour compenser le décalage horaire entre Pékin et Hanoï), Corée du Sud (fête de Seollal, trois jours).

Il est observé dans le monde par les membres de la diaspora chinoise de Paris à San Francisco en passant par Sydney.