UN GRAND POÈTE, UN POÈME D’ANTHOLOGIE: ARTHUR RIMBAUD, VOYELLES

Sa vie en résumé

Arthur Rimbaud est né en 1854 à Charleville dans les Ardennes. Son père est capitaine d’infanterie, sa mère d’origine paysanne. Après la naissance de sa troisième sœur, ses parents se séparent. Sa mère se déclarant veuve, déménage dans un quartier ouvrier de Charleville. Rigide, attachée à la respectabilité, veillant sur ses enfants, le climat familial devient vite étouffant.

Arthur Rimbaud s’avère un excellent élève. Il obtient de nombreux prix d’excellence en littérature, version et thème latins…En classe de rhétorique, il se lie d’amitié avec son professeur qui l’initie à Hugo. A l’âge de quinze ans et demi, il écrit au chef de file du Parnasse, Théodore de Banville pour se faire publier, sans succès.

rimbaudRimbaud arrive dans la capitale fin septembre 1871 où il rencontre les grands poètes de son temps, logé par Verlaine, Charles Cros, André Gill, Ernest Cabaner et Théodore de Banville. Il a tout juste dix-sept ans. Il lit au dîner ses chefs-d’œuvre Les Premières communions et Le Bateau ivre. Il entame une liaison amoureuse et une vie agitée avec Verlaine de juillet 1872 à juin 1873 jusqu’au « drame de Bruxelles » :  Verlaine, ivre, tire sur Rimbaud à deux reprises avec un revolver, le blessant légèrement au poignet.

Fin juillet 1873, Rimbaud s’isole à la ferme familiale pour écrire Une saison en enfer. Les volumes d’Une Saison en enfer sont imprimés à Bruxelles à compte d’auteur, en octobre 1873. Rimbaud remet à Verlaine en 1875 le manuscrit des Illuminations, afin qu’il le remette à Germain Nouveau, pour le publier.

Son parcours littéraire s’achève fin 1875 à vingt et un ans  par l’irruption de « la réalité rugueuse à étreindre ».

Sa vie d’après la poésie ne sera plus qu’errances, aventures, expédients et problèmes de santé à répétition jusqu’à son décès à Marseille en 1891.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous