RÈGLES DE PONCTUATION : les fondamentaux

À l’oral, les intonations, les silences, les arrêts permettent de donner un sens au discours, d’accentuer certains mots ou passages. A l’écrit, cette richesse vocale est en partie restituée par les signes de ponctuation. La multiplication des messages courts, le souhait d’y faire passer ses émotions en occulte ou en déforme de plus en plus l’usage. Pourtant, sans maîtrise de la ponctuation, il n’y a pas de bonne qualité d’écriture.

De quoi s’agit-il ?

Inchangés depuis le XVIIe siècle, le signes de ponctuation principaux sont au nombre de dix:

  • la virgule « , »
  • le point-virgule « ; »
  • les deux-points « : »
  • le point « . »
  • le point d’interrogation « ? »
  • le point d’exclamation « ! »
  • les guillemets « « » »
  • les parenthèses « ( ) »
  • les tirets « -« 
  • les points de suspension « … »

Les crochets  « [ ] » , l’astérisque « * » , les paragraphes ou les alinéas sont aussi couramment utilisés.

Petit rappel typographique

Quelques règles typographiques associées à chaque signe de ponctuation en français :

  • Pas d’espace avant, une espace après : point, virgule, points de suspension, parenthèse fermante, croche fermant, guillemets anglais fermants ;
  • Une espace avant, pas d’espace après : parenthèse ouvrante, crochet ouvrant, guillemets anglais ouvrants ;
  • Une espace avant, une espace après : Tiret d’incise.
  • Une espace insécable (signe typographique numérique consistant en une espace que l’on intercale entre deux mots ou un mot et une ponctuation qui ne doivent pas être séparés en fin de ligne) avant, une espace après : deux-points, point-virgule, point d’exclamation, point d’interrogation, guillemets français fermants, pourcentage, signes mathématiques ;
  • Une espace avant, une espace insécable après : guillemets français ouvrants.

Comment les utiliser ?

  • La virgule permet de marquer une courte pause pour imprimer un rythme ou effectuer une respiration sans changer d’intonation. Elle s’utilise ainsi pour :
    • faire une énumération :

Exemple : Je dois mettre ma combinaison de plongée, mes palmes, mon masque.

    • séparer les mots ou les groupes de mots ou pour articuler une phrase avec « et », « ou » , « ni » répétés plus de deux fois :

Exemple: Je choisis ou le livre, ou le téléphone, ou la télévision.

    • remplacer les conjonctions « et », « ou », « ni » :
    • Exemple:  Vous pouvez élire le maire, les conseillers municipaux, leurs adjoints et leurs remplaçants
    • changer le rythme de la phrase ou accentuer un mot ou un groupe de mot :

Exemple : J’insiste, car je sais que c’est utile.

    • souligner un élément placé en tête de phrase :

Exemple : En bas de l’escalier, la vue est sublime.

    • isoler des mots, groupes de mots ou propositions donnant des informations additionnelles :

Exemple: Il pleut averse, dit Patrick.

    • évoquer un déroulement temporel :

Exemple: Je cours, je m’essouffle, je fais une pause et je repars.

  • Le point-virgule permet d’effectuer une pause plus importante que celle de la virgule, de marquer une séparation nette dans la phrase sans recourir au point. Il s’emploie pour :
    • séparer des propositions ou expressions qui ont un lien logique entre elles :

Exemple: L’hiver est de plus en plus court; il n’y a plus de saisons.

    • séparer la deuxième proposition si elle débute par un adverbe :

Exemple: Ma voiture est en panne d’essence; par chance, la station est proche.

    • mettre deux propositions en parallèle :

Exemple: Paul est doué pour la musique; sa soeur préfère le sport.

    • séparer les éléments d’une liste ou les arguments introduits par deux-points :

Exemple: Je dois étudier :

– ma leçon de français ;

– mon exercice de solfège.

  • Les deux-points permettent de désigner ou d’annoncer quelque chose dans une phrase. Ils s’utilisent dans :
    • une énumération :

Exemple: Les trois premiers sont: Patrick, Sophie et Jean.

    • une citation ou des paroles rapportées :

Exemple: Sartre a dit : « L’existence est régie par l’imprévu ».

    • une explication ou une précision (relation de cause ou de conséquence) :

Exemple : J’ai adoré ce sport : il est ludique et physique.

  • Le point marque la fin d’une phrase nominale (exception: les titres d’œuvres) :

Exemples : Je mets un point final à cette histoire; Les dents de la mer

  • Les trois points de suspension expriment généralement un doute ou un silence. Il s’utilisent pour :
    • interrompre une phrase (abandon, hésitation, remplacement de « etc ») :

Exemples : Écoute bien …il ne m’entend pas ; Je me demande si…c’est bien d’actualité ; J’essaie de m’améliorer en français, en grec, en latin…

    • sous-entendre une suite, créer un effet d’attente :

Exemple: Vous ne me croirez pas…

    • après l’initiale d’un nom ou d’un mot que l’on n’ose pas mentionner.

Exemples: Madame L… me demande mon nom ; Quel triple … celui-là !

Les points de suspension ne sont jamais précédés d’une virgule ou d’un point-virgule. Lorsqu’ils son entre crochets, ils indiquent une coupure dans une citation.

  • Le point d’interrogation se place en fin de phrase interrogative directe (dans l’interrogation indirecte, on utilise le point). Entre parenthèse, il indique l’incertitude.

Exemples : Fait-il beau ? Je me demande s’il fait beau.

Exemple : Pascal est il mort le 12 (?) mai 1836.

  • Le point d’exclamation évoque la surprise, l’exaspération, l’admiration, un ordre. Il s’utilise également comme interjection après le mot qui indique l’exclamation ou en fin de phrase pour souligner l’intonation exclamative.

Exemples : Enfin ! vous vous décidez. Il ne manque pas d’air !

  • Les guillemets permettent d’encadrer les paroles ou les écrits ou de faire une citation. Ils sont également utilisés pour un mot, une expression dans un contexte inhabituel à souligner ou nuancer. Dans un dialogue, il faut placer un tiret au début sauf pour la première parole. Le point se place à l’intérieur des guillemets lorsqu’on cite une phrase entière, sinon on le place à la suite des guillemets.

Exemple : Après mon jogging, je suis « relax ».

Exemple : Je m’adresse à vous.

— Nous vous écoutons.

Exemples : « Il ne sort pas le soir. » Il dit qu’il est « épuisé ».

  • Les parenthèses servent à isoler un mot ou un groupe de mots à l’intérieur d’une phrase, à ajouter un commentaire ou une précision.
    • Le point se place à l’extérieur des parenthèses si elles ne contiennent qu’un segment de phrase.

Exemples : Ce choix est définitif. (C’est une décision officielle)

Ce choix est définitif (décision officielle).

    • Elles permettent aussi  de signaler des variantes de genre et de nombre :

Exemple : Le ou les responsable(s) ont été(e) désigné(e)s.

    • Entourant un chiffre arabe, elles ont un appel de note: (1), (2), (3)…
  • Les tirets permettent de clarifier des éléments  d’une liste ou de segmenter une phrase. Ils s’utilisent :
    • Dans un dialogue, pour marquer le changement d’interlocuteur :

Exemple:

— Vous n’y pensez pas.

—  Si, j’insiste !

    • Pour encadrer une phrase ou un segment de phrase :

Exemple : Les chiens – meilleurs amis de l’homme – sont réputés fidèles.

    • Pour énumérer :

Exemple : Pour jouer au football, sont nécessaires :

– un short ;

– des crampons ;

– un teeshirt

Les tirets sont de 3 sortes : – tiret court tiret moyen  — tiret long

Le tiret court est un tiret de liaison. Le tiret moyen sert aux appositions ou aux énéumérations(avec espace avant et après). Le tiret long est utilisé pour les dialogues.

  • Les crochets s’utilisent pour :
    • ouvrir une parenthèse à l’intérieur d’une autre parenthèse :

Exemple : (Jean Saviol [1933 – 1975] a changé la médecine.)

    • marquer une coupure ou une modification dans une citation :

Exemple : « Les voisins, […] criaient tout le temps ».

  • L’astérisque s’emploie :
    • En appel de note : (*) (**) (***)
    • dans un nom réduit à la simple initiale :

Exemple : J’ai échangé avec monsieur P*** ce matin.

  • La barre oblique ou barre transversale s’utilise pour :
    • écrire des unités de mesure : 120 m/s
    • remplacer le trait d’union.

Maîtriser la ponctuation est indispensable pour une bonne qualité d’écriture.

Citation sur la langue française :

“Cette langue française qui nous fonde et nous soude. Les politiques devraient en priorité réfléchir à cette force-là.”

Fabrice Lucchini

Laisser un commentaire