SORTIR DE LA CUISSE DE JUPITER : origine et signification

La locution verbale « se croire sorti de la cuisse de Jupiter » est une allusion directe au mythe de la naissance de Dionysos bien qu’elle ait pris une connotation péjorative.

Sa signification

  • Se prendre pour quelqu’un de remarquable, d’exceptionnel, un dieu vivant ; se prétendre d’une haute naissance, d’une origine familiale ou sociale prétendument supérieure à celle du commun des mortels;
  • Être imbu de soi-même, être prétentieux;
  • Se prendre pour le centre du monde ; être égoïste et égocentrique.

Son origine

La locution « cuisse de Jupiter » est généralement liée à un verbe de mouvement (sortir, venir) ou qui marque une filiation (naître, être issu, descendre)

La locution verbale « sortir de la cuisse de Jupiter » fait référence au mythe de la naissance de Dionysos.

Au IIIe siècle av. J.-C., l’écrivain Théophraste écrivit que Dionysos serait né sur le mont Méros. Seul dieu né d’une mère mortelle, fils de Zeus et de Sémélé, fille du roi de Thèbes Cadmos, Dionysos serait né de la Terre frappée par la foudre.

Héra, jalouse, déguisée en sa nourrice, aurait poussé Sémélé à demander à contempler Zeus dans son plus simple appareil. Celui-ci s’exécuta et lui apparaissant entouré d’éclairs, Sémélé, incapable de supporter cette vue, se serait enflammée comme une torche. Zeus aurait néanmoins réussi à extraire le petit Dionysos du ventre de sa mère.Il se serait ensuite entaillé la cuisse pour y enfermer l’enfant et permettre à sa gestation d’aller à son terme, à l’abri d’Héra.

Trois mois plus tard, Dionysos naquit parfaitement formé.

Ce récit de la gestation de Dionysos dans la cuisse de Zeus se rapporte à un noyau mythique très ancien : le feu allumé par la foudre serait « fils du Ciel »., le Ciel étant à la fois le père et la mère (la Terre n’ayant qu’un rôle passif).

Ainsi naquit quelques siècles plus tard, l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter » ou encore « sortir de la cuisse de Jupiter » conservant essentiellement de ce mythe la notion de supériorité des dieux sur les mortels.

Quelques équivalents dans d’autres langues

Angleterre : Penser de soi être le don de Dieu au monde.
BrésilPenser avoir le roi dans le ventre.
Espagne : Se prendre pour la reine des mers.
États-Unis : Se croire le cadeau de Dieu à l’humanité.
Iran : On dirait qu’il est tombé de la trompe de l’éléphant.
Mexique : Être né par des dieux.

Référence ancienne à la mythologie grecque, cette locution en a conservé une connotation négative et péjorative.

Laisser un commentaire