SAINTS DE GLACE : origines, mythe ou réalité

Selon des croyances remontant au haut Moyen Âge, les saints de glace correspondent à une période climatologique, les 11, 12 et 13 mai de chaque année, jours de fêtes de saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais, pouvant amener du gel en plaine. Selon la position géographique des régions françaises, cette période est avancée ou allongée.

De quoi s’agit-il ?

Les agriculteurs et jardiniers invoquent souvent les saints de glace et le phénomène de la lune rousse pour anticiper les effets d’une baisse de température susceptible de geler les cultures.

La lune rousse (lunaison après Pâques), fait de voir la pleine Lune lors d’une nuit sans nuages, peut en effet se traduire par un risque de gelée nocturne ou au petit jour, faisant roussir les jeunes pousses des plantes.

Une fois cette période des saints de glace passée, le gel ne serait plus à craindre.

snow-berry-1917766_960_720

Même si, le gel survient très rarement lors des saints de glace et que des gelées en plaine peuvent se produire après les saints de glace, cette tradition millénaire influence toujours les agriculteurs et les jardiniers qui attendent souvent la mi-mai pour planter en extérieur les plantes sensibles au gel (tomates, courgettes, etc.).

Qui sont les saints de glace ?

  • Saint Mamert était auparavant célébré le 11 mai (remplacé aujourd’hui dans le calendrier par sainte Estelle). Archevêque de Vienne en Gaule, mort en 474, il a institué les trois jours de prières de demande liturgique contre les calamités, juste avant l’Ascension (les trois jours de rogations) ;
  • Saint Pancrace était auparavant célébré le 12 mai (remplacé aujourd’hui dans le calendrier par saint Achille). Neveu de saint Denis le martyr, décapité en 304 à l’âge de 14 ans, il est le patron des enfants.
  • Saint Servais était auparavant célébré le 13 mai (remplacé dans le calendrier par saint Onésime puis par sainte Rolande).

0IAmYVGK8ZdVzxzxjOZKKDh_WS4

Dans les régions plus septentrionales telles que la Lorraine et l’Alsace, où les gelées sont plus tardives et peuvent aller jusqu’au 25 mai, les Eisheilige ou « saints de glace » sont, fêtés du 11 mai au 15 mai inclus :

  • Saint Boniface, auparavant célébré le 14 mai (remplacé aujourd’hui dans le calendrier par saint Matthias) est cité dans le dicton : « Le bon saint Boniface entre en brisant la glace. »
  • Sainte Sophie, martyre suppliciée à Rome vers 137, était célébrée le 15 mai.

Trois autres saints sont dans certaines régions considérés comme des saints de glace :

  • Saint Yves, célébré le 19 mai, considéré comme le dernier saint de glace en Bretagne, (« Craignez le petit Yvonnet. C’est le pire de tous quand il s’y met. ») ; Saint Bernardin célébré le 20 mai (« S’il gèle à la Saint-Bernardin, adieu le vin. ») et Saint Urbain, autrefois célébré le 25 mai.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous »