CHENONCEAU, le château des Dames

Château de la Loire situé en Touraine, Chenonceau, avec sa célèbre galerie à deux étages dominant le Cher, est l’un des fleurons de l’architecture du Val de Loire.

Construit, aménagé et transformé par différentes personnalités féminines, il est surnommé le château des Dames. Appartenant à la famille Menier depuis 1913, le château et le parc sont classés au titre des monuments historiques.

Son histoire

Le premier château édifié à Chenonceau remonte au XIIIe siècle, ainsi qu’un moulin fortifié de 1230, aux mains de la famille Marques. Le pont n’existe pas encore. Le château sert à gérer le trafic fluvial sur le Cher. Durant la guerre de Cent Ans, le château est brûlé et rasé.

En 1432, Le château est reconstruit à un autre emplacement. Au bord du Cher, entouré sur les trois côtés de fossés d’eaux vives, il possède alors quatre tours rondes. De ce château féodal ne subsiste aujourd’hui que la tour sud-ouest ou « tour des Marques ».1024px-ChenonceauTourdesMarques

Thomas Bohier, secrétaire et chambellan de Charles VIII prend possession du domaine le 10 février 1512. Sa femme et lui vont conduire d’importants travaux de 1513 à 1521. A leur mort, un contrôle des comptes publics mettant en évidence des détournements de fonds, François Ier impose une forte amende à ses héritiers les forçant à lui céder le domaine qui devient ainsi propriété de la Couronne. Le château est délaissé jusqu’à la fin de son règne.1280px-ChenonceauSuedseiteohneGalerie.jpg

Trois mois après la mort de François Ier en mars 1547, son fils Henri II offre Chenonceau à sa favorite Diane de Poitiers qui fait aménager un jardin sur la rive droite du Cher, protéger le château des inondations par une levée de terre, construire des fossés et des murs en pierres. Elle confie à l’architecte Philibert Delorme la construction d’un pont reliant le château à la rive gauche afin d’y créer de nouveaux jardins et d’accéder à de plus grandes chasses. Les travaux s’achèvent en 1559.1280px-Chenonceauvor1576

A la mort d’Henri II, Catherine de Médicis contraint sa rivale Diane de Poitiers, à restituer Chenonceau à la Couronne. Reine-mère après l’accession au trône de son fils aîné, François II,  puis « gouvernante de France » après le décès de ce dernier deux ans plus tard et l’accession au trône de son enfant mineur Charles IX, elle décide d’embellir sa résidence des bords du Cher. Elle fait aménager le parc de Francueuil, le parterre de Diane est modifié. Elle fait créer son propre jardin. La fontaine du Rocher voit le jour ainsi que le « jardin vert ». Le nouvel édifice atteint une longueur de soixante mètres pour une largeur de six mètres. L’élévation du bâtiment des Dômes et la Chancellerie sont réalisés de 1580 à 1585. 

Après la mort en 1589 de Catherine de Médicis et l’assassinat du roi Henri III, son épouse Louise de Lorraine reçoit Chenonceau en héritage. Choquée par cette disparition brutale, elle en fait un lieu de recueillement, devenant la « Dame blanche de Chenonceau ». Le château se couvre de motifs funèbres, sa chambre et un oratoire, au second étage du château, sont peints en noir avec une décoration lugubre, faite de larmes et d’ossements. Cet environnement funèbre restera en place durant plus d’un siècle. Louise de Lorraine accueillera douze capucines dans une partie du château. Le 15 octobre 1598, elle fait donation de Chenonceau à sa nièce Françoise et son neveu César de Vendôme mais, en conserve l’usufruit jusqu’à sa mort.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous