FORÊT DES LANDES : l’histoire de la plus grande forêt artificielle d’Europe

Grand massif forestier situé dans le sud-ouest de la France (Nouvelle-Aquitaine), la forêt des Landes est, avec une superficie d’un million d’hectares, la plus grande forêt artificielle d’Europe occidentale. Bordée par l’océan Atlantique, elle forme un vaste triangle couvrant trois départements (Gironde, Landes et Lot-et-Garonne), aux sommets matérialisés au nord par la pointe de Grave, Hossegor au sud et Nérac à l’est. Forêt emblématique de la transformation du paysage à grande échelle par l’homme, elle a permis de redynamiser la région au prix de nombreux efforts et sacrifices.image (1)

De l’Antiquité au milieu du XIXè siècle

Durant l’Antiquité, la forêt landaise primaire s’étendait sur près de 200 000 ha et était exploitée par les romains pour son bois et sa résine. Avec la chute de l’Empire romain et l’arrivée des peuples germaniques, la forêt fut laissée à l’abandon, et peu à peu défrichée sous la pression pastorale.

Du Moyen Âge au XVIe siècle, la zone se transforma en une succession de marécages insalubres où les moustiques et le paludisme se développèrent. En poussant le sable dans les terres, le vent océanique créa des dunes mobiles qui menacèrent les villages et entraînèrent la désertification de la région.EPSON scanner image

Type_La_TesteAu XVIIe siècle, Colbert, soucieux de développer la flotte commerciale et militaire, s’intéressa au bois (les pins étant des arbres très droits, parfaits pour les mats et les poutres), à la résine et à la poix pouvant être produits à partir des pins des Landes et fit créer de nombreuses manufactures ainsi que des routes terrestres et maritimes.

116665303Au XVIIIe siècle, environ 250 000 hectares étaient boisés. Sous la menace permanente du sable et de l’eau, les hommes cherchèrent à arrêter la progression des dunes poussées par le vent et l’océan. Les frères Desbiey furent les précurseurs de la fixation des dunes, les immobilisant par des clayonnages maintenus par de petits piquets.

S’inspirant des travaux des frères Desbiey, Nicolas Brémontier fit ensemencer d’Arcachon au Pyla un premier cordon de sable côtier, en abritant les semis du vent d’ouest par des fagots placés parallèlement au rivage et d’une hauteur d’un mètre. La vallée située à l’arrière fut également ensemencée.

En juin 1788, Nicolas Brémontier affirma « pouvoir réussir à fixer la dune en continuant cet ouvrage ». De 1793 à 1801, il fit parvenir de nombreuses études à la préfecture, à l’académie des sciences naturelles de Bordeaux puis au gouvernement et sut convaincre les pouvoirs publics de la nécessité de cette entreprise considérable.1750

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous