TANGER : la cité blanche du Détroit

tanger

De par sa position géostratégique (entrée de la Méditerranée et séparée de l’Espagne par le détroit de Gibraltar), Tanger fut durant des siècles une cité très courtisée par les peuples de la Méditerranée. Capitale d’été du Royaume du Maroc, elle dispose d’un statut particulier et d’une puissante zone de libre-échange et portuaire. En plein boom économique (projets de marina ultra-moderne, ville intelligente…), elle conserve un je ne sais quoi de mystérieux et d’exotique, un mélange intrigant d’Afrique du Nord et d’Europe du Sud.

tangier-2885105_960_720

Successivement comptoir phénicien (VIIIe siècle av.J.-C.) et carthaginois (IVe siècle av. J.-C.), cité romaine, vandale rattachée à l’Empire byzantin, point de départ de la conquête arabe de l’Espagne, enclave portugaise, anglaise et capitale diplomatique de l’empire chérifien au XVIIe siècle… Tanger se voit attribuer un statut international (1925-1956) jusqu’à l’indépendance du Maroc qui va démultiplier son rayonnement culturel et économique.
En 1954, William Burroughs, poète de la beat génération écrit : « Tanger est vraiment le pouls du monde, comme un rêve s’étendant du passé au futur… »
La découverte de Tanger révèle cette extraordinaire richesse historique.
La nécropole phénicienne creusée dans la roche offre une vue imprenable sur le détroit de Gibraltar et l’Espagne.

Phoenician Necropolis3.jpgLa Medina, encerclée par des murailles et des portes d’accès aux tours polygones semi-circulaires, conserve son charme originel. Dans sa partie haute, après avoir gravi des ruelles étroites, on accède à la citadelle fortifiée. La casbah, ancien palais du sultan, est dotée d’une vue magnifique sur le port.tangerDans sa partie basse, le petit souk (ou petit Socco), âme du vieux Tanger international, est une placette aux allures andalouses entourée de cafés (café Tingis et Central) et de vieilles auberges.

L’ancienne légation américaine, seul monument national des États-Unis hors de leur territoire, est un petit palais caché transformé en musée (disposant de peintures d’Auguste Delacroix).
L’hôtel Continental est un prestigieux établissement jouissant d’une vue exceptionnelle sur la baie, qui a accueilli Degas, Churchill, Francis Ford Coppola. Bertolucci y a tourné des scènes de son Thé au Sahara d’après le roman de Paul Bowles. L’atmosphère y est surannée, évoquant le Tanger de la grande époque. III_Hotel_Continental,_Tangier,_Morocco_(2).jpg

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous