LARMOTHÉRAPIE : pleurer est bon pour la santé !

larmothérapie

Souvent réfréné pour des raisons d’éducation, de culture ou de pression sociale, l’acte de pleurer est un aspect très important du comportement humain. Ressenti comme apaisant par 85 % des femmes et 73 % des hommes, il présenterait différents bienfaits d’ordre psychologique et physiologique. Au Japon, des séances collectives de pleurs appelées «rui-katsu » sont organisées depuis 2013. Elles sont censées éclaircir l’esprit et réduire le stress.

Qu’est-ce que la « larmothérapie » ?

La larmothérapie ou thérapie par les pleurs (ou « rui-katsu » en japonais) consiste en des séances de pleurs collectifs anonymes provoqués par l’exposition à des contenus « déchirants » tels que des courts métrages ou de la poésie.

Ces séances de sanglots et de pleurs collectifs au sein de « clubs des pleurs » aideraient à évacuer le stress et à éclaircir l’esprit.

Pleurer est-il bon pour la santé ?

Tout le monde verse des larmes, en moyenne 45 fois par an pour les femmes, et 7 fois pour les hommes. Les femmes pleurent plus que les hommes pour des raisons physiologiques (la testostérone inhibant l’expression des sentiments sous forme de pleurs au profit de la colère ou du mutisme), d’éducation et de culture.

Dans 9 cas sur 10, pleurer aiderait à se sentir mieux, à réduire le stress et à conserver l’organisme en bonne santé.

En effet, il existe différents types de larmes :

  • les larmes de réflexe (sous l’effet d’une irritation chimique ou physique) et les larmes de lubrification lissent et protègent la cornée en éliminant certaines bactéries, certains corps étrangers et les toxines. Elles sont produites par les petites glandes lacrymales;
  • les larmes d’émotion, produites par la glande lacrymale principale, sont plus concentrées en protéines (opiorphine, antidouleur et antidépresseur naturel) et en hormones (ACTH, ocytocine et prolactine) associées à la réduction du stress.

À la frontière du corporel et du psychique, les pleurs ont une fonction d‘alerte. Exprimant une souffrance, une anxiété, ils sont liés au désir de consolation et d’affection remontant à l’enfance. 

Non seulement les larmes ont une action bénéfique sur la santé, mais l’ensemble du processus a une valeur cathartique de libération des tensions, de recherche d’attention et de réconfort affectif.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous