MICRO-MANAGER : du petit chef toxique au manager terrain de haut vol

Comment se comporter face à un micro-manager ?

  • Évaluer son propre comportement (facteurs d’inquiétude pour le manager, implication, valeurs et croyances…) ;
  • Essayer de comprendre son manager, ses objectifs, son point de vue et rechercher un objectif commun afin de créer un climat de confiance susceptible de procurer plus d’autonomie ;
  • Communiquer fréquemment 
    • présenter des rapports détaillés,
    • informer de façon proactive sur l’état d’avancement des taches et celles prévues à court terme,
  • Prendre les devants: anticiper ou proposer de gérer certaines tâches ou projets ;
  • Attaquer le problème à la source : 
    • négocier des délais plus réalistes ;
    • discuter des attentes de son manager si la pression n’est pas justifiée (faire comprendre la situation de façon diplomatique, le micro-manager n’étant pas forcément conscient des effets négatifs sur votre productivité) ;
  •  Apprendre à gérer sa frustration pour faire face à des remarques pas toujours constructives.
  • Rester professionnel en toutes circonstances.

Suivant la personne et le style de la personne qui l’exerce et les contraintes extérieures, le micro-management peut s’avérer un goulot d’étranglement ou un atout considérable pour l’entreprise. Émanant de leaders charismatiques bienveillants, il serait plus facilement accepté, perçu positivement, facteur d’engagement et de performance pour l’ensemble des collaborateurs.

Laisser un commentaire