ET SI NOUS NOUS PERFECTIONNIONS A L’ÉCRIT ? Les difficultés courantes de la langue française (1/2)

Le français comporte quelques difficultés à l’écrit. L’existence de plusieurs niveaux de langue (argot, courant, soutenu, parlé…) entraîne parfois des entorses aux règles courantes.  Les difficultés peuvent être de différents ordres : barbarismes, solécismes, difficultés liées à la grammaire ou la conjugaison, fautes d’orthographe, homophones, paronymes… 

En complément de notre guide de l’expression écrite et orale en « français soutenu », nous en évoquons quelques unes courantes:

acquis / acquit
acquis vient du verbe acquérir (« bien mal acquis »)
acquit vient du verbe acquitter (« bon pour acquit »)
à faire / affaire
à faire = avoir un travail à faire, avoir fort à faire.
affaire = avoir affaire à forte partie
aller de pair/ hors pair
aller de pair = être indissociable de
hors pair = exceptionnel
amorcer / initier
amorcer = débuter
initier = apprendre, enseigner, instruire
à nouveau / de nouveau
de nouveau = cela signifie « de la même façon »
à nouveau = cela signifie « d’une nouvelle façon »
ajustage / ajustement
ajustage = action d’ajuster les pièces d’une machine
ajustement = action d’ajuster, adaptation
amène / à même de
amène = adjectif, signifiant agréable, avenant
à même de = locution, signifiant capable de…
anoblir / ennoblir
anoblir =  c’est accorder un titre de noblesse
ennoblir = c’est donner de la noblesse, élever moralement
appas / appât
appas = attraits, charmes d’une femme (toujours au pluriel)
appât = pâture utilisée pour la pêche
au temps / autant
au temps pour moi  = se dit quand on admet son erreur et la nécessité de reprendre et reconsidérer les choses
autant pour = marque un rapport d’égalité dans une comparaison: il en ferait autant pour moi
auspice / hospice
auspice = augure, présage, signe : sous les meilleurs auspices
hospice = asile, orphelinat, hôpital
aux dépens de / aux dépends de
aux dépens de: vient de dépenser (condamner aux dépens)
aux dépends de : vient de dépendre
avoir affaire à / avoir à faire
avoir affaire à = se trouver en présence de quelqu’un, quelque chose
avoir à faire = devoir s’acquitter d’une obligation
bailler / bâiller / bayer
bailler = c’est faire croire à quelqu’un ce qui n’est pas
bâiller = c’est quand on est fatigué, la bouche grande ouverte
bayer = c’est rêvasser : bayer aux corneilles
balade / ballade
balade = promenade
ballade = poème (penser aux paroles d’une chanson qui s’envolent… donc deux « L »)
bimensuel / bimestriel
bimensuel, elle = qui a lieu deux fois par mois
bimestriel, elle = qui a lieu tous les deux mois
ceci / cela
ceci = annonce ce qui va être dit
cela = fait référence à ce qui vient d’être dit. On emploie « cela dit », et non « ceci dit »
celui-ci / celui-là
Lorsque deux éléments sont cités, 
celui-ci renvoie au dernier nommé (le plus proche)
celui-là au premier nommé (le plus éloigné)
censé / sensé
censé = supposé (toujours suivi d’un infinitif)
sensé = qui a du bon sens (contraire d’insensé)
décade / décennie
décade = période dix jours
décennie = période de dix ans
de concert / de conserve
de concert = de façon concertée, pas nécessairement identique
de conserve = ensemble, agissant de manière identique
de suite / tout de suite
de suite = à la suite, à la file
tout de suite = sur-le-champ
détoner / détonner
détoner = exploser
détonner = sortir du ton (musique) ; contraster, choquer (figuré)
deuxième / second
deuxième = s’emploie lorsque l’énumération peut aller au-delà de deux
second = s’emploie lorsque l’énumération s’arrête à deux
différent / différend / différant
différent = distinct
différend = désaccord
différant = participe présent du verbe « différer » (reporter…)

Aller plus loin:

EXPRESSION ÉCRITE et ORALE en « FRANÇAIS SOUTENU » : les fondamentaux

ET SI NOUS NOUS PERFECTIONNIONS A L’ÉCRIT ? Les difficultés courantes de la langue française (2/2)