LE CARÊME : ses origines et ses traditions

carême

Le carême est une période de quarante jours de jeûne et d’abstinence qui commence le Mercredi des Cendres (6 mars 2019) et s’achève le Jeudi Saint (18 avril 2019). Allégé les dimanches et le jour de l’Annonciation, il se termine par une période de jeûne et de célébrations plus intenses : la Semaine Sainte. Les quelques jours qui précèdent le carême sont fêtés par des carnavals qui peuvent s’étaler sur plusieurs jours (Carême-Prenant) jusqu’au Mardi Gras.

Ses origines

Le terme carême vient du mot latin « quadragesima » (« quarantième »). Il est aussi appelé la Sainte Quarantaine. La durée de quarante jours commémore les quarante jours et quarante nuits du jeûne de Moïse avant la remise des Tables de la Loi ainsi que les quarante jours de la tentation du Christ dans le désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Les disciples de Jésus ne jeûnaient pas alors que les pharisiens et les disciples de Jean le Baptiste pratiquaient le jeune. Durant le Concile de Laodicée en 364, l’usage exclusif du pain et des fruits secs fut prescrit durant le temps du carême. Au VIIe siècle, le carême consistait à prendre un repas quotidien en fin de journée et à s’abstenir de toute nourriture les Vendredi et Samedi saints. Le calendrier actuel remonte à cette époque. Dans le rite latin, les trois dimanches précédant le carême (la Septuagésime, la Sexagésime et la Quinquagésime) étaient inclus dans la préparation de Pâques. Cette pratique fut abandonnée au XIIIe siècle.

Ses fondements

Le carême est un temps de préparation à la commémoration de la Passion et de la Résurrection du Christ. Il s’agit d’une période d’approfondissement, de prière et de détachement des biens matériels en préparation de la fête de Pâques.

Le temps du carême est un temps de prière, de jeune, de partage et de réconciliation :

  • La prière consiste à faire silence, à sortir de la superficialité pour donner priorité à l’Essentiel et être réceptif à la parole divine,
  • Le jeûne est une forme d’ascèse imposée, une nouvelle naissance,
  • Le partage signifie un renforcement de la solidarité au travers d’associations ou de mouvements agissant en faveur de personnes fragilisées.
  • La réconciliation, véritable conversion après la pénitence, le pardon du Seigneur s’effectue dans le Sacrement de réconciliation.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous.