UN GRAND PEINTREUN CHEF D’ŒUVRE : HENRI DE TOULOUSE LAUTRECDANSE AU MOULIN ROUGE

toulouse-lautrec

Henri de Toulouse-Lautrec est un peintre, dessinateur, lithographe, affichiste et illustrateur français, né le 24 novembre 1864 à Albi et mort le 9 septembre 1901, au château Malromé, à Saint-André-du-Bois.

Sa vie résumée

Henri de Toulouse-Lautrec est issu d’une des plus vieilles familles aristocratiques de France descendante des puissants comtes de Toulouse. Il est le fils du comte Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa et d’Adèle Tapié de Céleyran, cousins au premier degré; les mariages entre cousins dans la noblesse se faisant couramment au XIXè siècle pour éviter la division des patrimoines.

Les Lautrec sont de grands amateurs d’art. Le grand-père est un dessinateur accompli. Charles, son oncle, amateur éclairé, l’encourage dans sa petite enfance, tout autant que son père Alphonse, dessinateur, peintre et sculpteur à ses heures.

Henri fait preuve d’un talent exceptionnel très jeune, notamment pour les caricatures, remplissant de nombreux carnets d’esquisses. toulouse lautrecSes deux parents se séparant très tôt pour incompatibilité d’humeur, il s’installe avec sa mère à Paris et entre au prestigieux Lycée Fontanes (lycée Concordet). Il est atteint d’une maladie liée à la consanguinité qui affecte et fragilise ses os. À l’âge de quatorze ans, il fait une chute et se brise le fémur gauche. L’année suivante, il se brise le fémur droit qui le laisse estropié et aggrave son retard de croissance : il ne dépassera pas la taille de 1,42 m. Son tronc est de taille normale, mais ses membres sont courts.

Obtenant son baccalauréat en 1881, il décide d’abandonner ses études et de devenir artiste. Il est soutenu par son oncle et René Princeteau, ami de son père, qui le forme pendant près de six ans. Il entre ensuite dans l’atelier du célèbre peintre de salon Léon Bonnat puis de Fernand Cormon où il rencontre Émile Bernard et Vincent Van Gogh.

En 1884, il s’installe à Montmartre et fait la connaissance d’Edgar Degas à qui il vouera une grande admiration. Obtenant le soutien financier de sa famille, il poursuit sa formation artistique. Il commence à fréquenter assidûment le cabaret le Mirliton appartenant à Aristide Bruant où il rencontre Claude Monet ainsi que le moulin de la Galette.

En 1886, il illustre pour les revues Le Rire, Le Paris Illustré et dessine les couvertures de la revue Mirliton. En 1889, il réalise sa première exposition personnelle.montmarte_moulin

En 1891, il s’initie à la photographie. touluseIl se passionne pour la lithographie, croisant à cette époque Edvard Munch. Devenu un habitué du Moulin Rouge, il crée sa première affiche pour le Moulin-Rouge et connait tout de suite la célébrité, l’emmenant à créer de nombreuses autres affiches. Il commence alors à fréquenter les maisons closes et s’adonne exagérément à la boisson, généralement de l’absinthe mélangée à du cognac.

En 1896, il réalise sa deuxième exposition personnelle à Paris. Sa santé commençant à décliner, il fait différents séjours au Havre à Bordeaux et à Arcachon. En 1898, il expose à Londres et est sujet à des délires de persécution. En 1899, il illustre les Histoires Naturelles de Jules Renard. Déprimé, angoissé, il est pris de crises d’éthylisme.

Interné, il part en convalescence en province. En 1900, il se querelle avec sa famille, perd le goût de la vie et sombre dans l’alcoolisme. CHT202674En 1901, il quitte définitivement Paris. Le 9 septembre, jour de sa mort à seulement 36 ans, alors que son père est présent, Henri aurait dit cette phrase : « Je savais que vous ne manqueriez pas l’hallali ».

Suite, page suivante: cliquer sur « 2 » ci-dessous