CATHÉDRALES DE FRANCE : de la période principale d’édification (1180-1240) à nos jours

Entre 1180 et 1240, soit en seulement 60 ans, la construction des cathédrales va s’engager sur tout le territoire français. Besoin impérieux, désir irrésistible, elle va mobiliser d’énormes ressources et des milliers d’artisans et d’artistes. Huit cents cinquante ans plus tard, ces édifices monumentaux construits au Moyen Âge suscitent autant d’ admiration que d’incrédulité face à une telle prouesse technique et artistique.

Qu’est ce qu’une cathédrale ?

Une cathédrale est une église où se trouve le siège de l’évêque ayant la charge d’un diocèse. À l’origine, le diocèse était une circonscription territoriale de l’Empire romain conçue sous Dioclétien à la fin du IIIe siècle. Adopté par l’Église catholique, le terme de diocèse va désigner le territoire canonique d’un évêché (la plus petite communauté qui pouvant être appelée « Église » dans la tradition catholique), placé sous la responsabilité d’un évêque. Il en existait environ 130 au Moyen Âge, contre 93 aujourd’hui.

La période critique d’édification (1180-1240)

Jusqu’à la fin du XIIe siècle, les églises abbatiales, telle l’abbaye de Cluny, étaient des constructions beaucoup plus imposantes que les cathédrales. Les abbés qui dirigeaient ces grands établissements religieux du XIe siècle étaient plus influents que les évêques. Protégés par les papes, détenant des privilèges proches de ceux des seigneurs féodaux, ces établissements étaient dotés d’une fondation, d’un prieuré et d’une église.  Ils participaient activement à l’éducation de la jeunesse et aux décisions politiques.

Le regroupement des populations civiles dans des communes va infléchir le pouvoir de cette féodalité monastique et séculière. Appuyés par la monarchie, les évêques vont reconquérir le pouvoir au sein de l’Église, détenu jusque là par les établissements religieux.

Durant la seconde moitié du XIIe et la moitié du XIIIe siècle (1180-1240), l’épiscopat revigoré va s’engager dans une reconstruction d’ampleur de ses cathédrales pour assoir sa position et accueillir un nombre toujours croissant de fidèles.

L’appui fort des rois Philippe-Auguste, Louis VIII ou Saint Louis (notamment par la mise à disposition de terrains royaux dans le centre des villes), la bonne santé de l’économie et des finances royales vont favoriser leur entreprise. Ils vont pouvoir également compter sur le concours actif des populations unies par la foi et un désir d’unité et de constitution civile.

Les cathédrales construites à compter du XIè, XIIè et XIIIè siècle

Notre-Dame de Verdun (990), Notre-Dame de Strasbourg (1015), Saint-Maurice de Vienne (1030), Saint-Julien du Mans (1060), Saint-Étienne de Toulouse (1071), Saint-Vincent de Viviers (XII°s.), Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence (XII°s.), Saint-Pierre d’Angoulême (1110), Saint-Lazare d’Autun (1120), Notre-Dame d’Évreux (1126), Saint-Jean de Besançon (1127), Notre-Dame de Chartres (1134), Saint-Étienne de Sens (1135), Basilique Saint-Denis (1140), Saint-Mammès de Langres (1140), Notre-Dame de Noyon (1145), Saint-Vincent de Saint-Malo (1146), Notre-Dame de Cambrai (1148), Notre-Dame de Laon (1150), Saint-Maurice d’Angers (1150), Saint-Pierre de Poitiers (1162), Notre-Dame de Paris (1163), Saint-Étienne de Meaux (1175), Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Soissons (1176), Primatiale Saint-Jean de Lyon (1180), Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand (1185), Saint-Étienne de Bourges (1195), Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes (1200), Saint-Samson de Dol-de-Bretagne (1203), Notre-Dame de Rouen (1204), Notre-Dame de Sées (1210), Notre-Dame de Reims (1211), Saint-Étienne d’Auxerre (1215), Saint-Étienne de Toul (1215-20), Notre-Dame d’Amiens (1220), Notre-Dame de Coutances (1220), Saint-Étienne de Metz (1220), Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers (1224), Saint-Pierre de Beauvais (1225), Notre-Dame de Bayeux (1230), Notre-Dame de Bayeux (1230), Saint-Gatien de Tours (1236), Saint-Corentin de Quimper (1239), Saint-Michel de Carcassonne (1247), Notre-Dame-de-l’Assomption de Clermont-Ferrand (1248), Saint-Étienne de Châlons (1260), Notre-Dame de Saint-Omer (1263), Saint-Nazaire de Carcassonne (1269), Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne (1272), Notre-Dame de Rodez (1277), Sainte-Cécile d’Albi (1282)

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous