BAOBAB DE GRANDIDIER : un arbre mythique en voie de disparition

Le Baobab de Grandidier est une espèce de baobabs, rendue célèbre par l’avenue des baobabs dans le sud-ouest de Madagascar, comptant quelques centaines de spécimens, derniers survivants de forêts primaires en voie de disparition.

Ses caractéristiques

Le baobab de Grandidier ou Adansonia grandidieri est une espèce d’arbre de la famille des Bombacaceae, famille d’arbres tropicaux, incluant des espèces remarquables tels que les baobabs, les fromagers ou les balsas.

Les baobabs ont un tronc massif et appartiennent au genre Adansonia en l’honneur du naturaliste français Michel Adanson (1727-1806). Ils sont parfois appelés arbres-bouteille.Morondava - Madagascar

Le nom spécifique de Adansonia grandidieri rend hommage au botaniste et explorateur français, Alfred Grandidier (1836-1921).

Naturaliste et explorateur français, il découvrit presque par hasard Madagascar en 1865, et se consacra à l’étude de l’île avec le soutien du Muséum national d’histoire naturelle de Paris et de la Société de géographie. Il réalisa un vaste projet de 30 volumes sur Madagascar : L’Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar présents dans le Fonds Grandidier à Antananarivo.800px-Adansonia_grandidieri04

Le baobab de Grandidier est la plus grande des six espèces de baobabs endémiques de Madagascar. Certains individus atteignent jusqu’à 30 m de hauteur et 7,5 m de diamètre.

Ils sont recouverts d’une couronne de branches horizontales qui forment une cime aplatie. L’écorce est douce et épaisse, chez les adultes jusqu’à 10-15 cm et gris rougeâtre. Entre octobre et mai, l’arbre est rempli de feuilles palmées vert-bleu, composées de 6 à 9 folioles elliptiques-lancéolées, recouvertes de poils denses.

Les fleurs apparaissent de mai à août, avec des pétales de couleur blanc crème au jaune chez les adultes. Elles sont très aromatiques et éclosent après le coucher du soleil.

Les fruits sont ovoïdes, recouverts d’un tégument rougeâtre, riches en vitamine C.

L’odeur intense des fleurs attire de nombreuses espèces de mammifères (en particulier les méga-chiroptères et les lémuriens).

Cette espèce est classée en danger d’extinction et figure sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’une des principales organisations non gouvernementale mondiale consacrées à la conservation de la nature.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous