LANGUE FRANÇAISE : 100 erreurs courantes à éviter !

Nous avons repris ci-dessous un ensemble d’erreurs courantes lors de l’écriture de la langue française.

Termes Difficultés ou erreurs courantes
1ère / 1re – 2ème / 2e Un ordinal s’abrège 1er (premier), 1re (première) 2e (deuxième), 2d (second), 2de (seconde) 3e (troisième), 3es (troisièmes). Il faut rajouter un s au pluriel. Cela ne s’abrège pas : 1ère, 2ème, 2ième ou 2nd. 
À Paris / sur Paris Le nom d’une ville doit être précédé de « à » et non de « sur ». Précédé du verbe « partir », on utilise « pour ». 
À vélo / En vélo « À vélo » ou « à bicyclette » est la forme correcte.
Aborigène Le mot « aborigène » ne prend pas de r avant et après le b.
Acceptation / Acception Lorsqu’il est question d’accepter, on parle d’acceptation. Le mot « acception » signifie « sens ».
Accentuation des majuscules On accentue donc les lettres majuscules: « À la plage, les États-Unis, l’Île-de-France… »
Accro / Accroc Au sens de « déchirure », « accroc » prend un c final. On dit  » être « accro à quelque chose »
Accueil / Acceuil Accueil s’écrit « ueil » et non « euil » car le u suit directement le c alors que dans le mot fauteuil, le u suit la voyelle e.
Acquis / Acquit Le mot « acquis » vient du verbe « acquérir ». Le mot « acquit » est un substantif du verbe « acquitter » (« par acquit de conscience », « bon pour acquit). On écrit  « bien mal acquis».
Agressif Les mots « agressif, agression, agressivité » ne prennent qu’un seul g. 
Aigu, ambigu, contigu, exigu Les mots qui se terminent par la syllabe gu prononcée distinctement et suivie d’un e ou d’un i prennent un tréma sur cette voyelle : aiguë, ambiguë, ambiguïté, contiguë, exiguë, exiguïté. 
Aller : être allé  ou avoir été On ne doit pas employer « j’ai été » pour « je suis allé », « être » n’indiquant qu’un état.
Aller de pair, hors pair L’expression « aller de pair » signifie « aller ensemble en étant sur le même rang ». Elle n’a rien à voir avec une paire. 
Amorcer / Initier Initier signifie apprendre, enseigner ou instruire et non amorcer 
Apporter / Amener / Emporter / Emmener On apporte quelque chose chose et on amène quelqu’un (personne ou animal) 
-atre / -âtre Les mots en « -âtre » (verdâtre, plâtre, théâtre, etc.) prennent un accent circonflexe, à l’exception de ceux en « -iatre » (psychiatre, etc.). sauf « acariâtre » et « opiniâtre ».
Au temps pour moi / Autant pour moi Au temps pour moi signifie « Je me suis trompé », est issue du langage militaire. Dans une séquence d’ordres,  si on se trompe d’ordre, on revient « au temps précédent ».
Autrement « autrement plus » est incorrect
Aux dépens de / Aux dépends de Le verbe à l’origine de cette expression est « dépenser », et non « dépendre », d’où l’orthographe « aux dépens de »
Avoir envie de / à l’envi L’expression « à l’envi » ne prend pas d’e final.
Ayant(s) droit[modifier le code]
Ayant(s) droit Dans les expressions « ayant droit » et « ayant cause » « ayant » peut prendre la marque du pluriel. 
Bâfrer / se bâfrer « Bâfrer » signifie se goinfrer; « se bâfrer »est incorrect
Bailler / Bâiller / Bayer On écrit « bailler des fonds » (remettre de l’argent) et « bayer aux corneilles » (rêvasser). Lorsqu’on a sommeil, on « bâille », avec l’accent sur le a, et non sur le i.
Balade / Ballade Une « balade » est une promenade en langage familier.Une « ballade » est un poème ou une pièce musicale
Ensemble Ce mot étant un adverbe, il ne prend pas la marque du pluriel. On écrit « ils sont ensemble ». 
Bistouri – Scalpel Le bistouri, à lame fixe ou mobile, est utilisé par le chirurgien pour l’incision dans les chairs, alors que le scalpel, à lame fixe, est destiné à la dissection par le médecin légiste.
Ça me gratte / Ça me démange En langage soutenu, il ne faut donc pas écrire « ça me gratte » mais « ça me démange »
Causer La tournure « causer à quelqu’un » est incorrecte. Il faut dire « causer avec quelqu’un ».
« Je suis fatigué, cela dit, je veux bien venir avec vous. » On ne peut donc pas dire ou écrire « ceci dit », il faut dire ou écrire « cela dit ». 
Censé / Sensé « Censé » est synonyme de « supposé », « sensé » signifie « qui a du sens ». 
C’est la faute de « c’est de la faute de » ou « c’est de ma faute » sont incorrects (c’est la faute de, c’est ma faute)
Conjecture/ conjoncture  Conjecture » signifie « hypothèse » et ne doit pas être confondu avec « conjoncture », qui signifie « situation ».
Chargé de / En charge de Il faut écrire « chargé de » plutôt que « en charge de ».
Chiffre d’affaires  On écrit toujours un chiffre d’affaires avec un « s » à affaires, car il s’agit du chiffre des affaires.
Chœur / Cœur On dit « chanter en chœur », « enfant de chœur » et non chanter en cœur ou enfant de cœur. De plus, cœur ne s’écrit pas coeur, et chœur ne s’écrit pas choeur.
Compte rendu / Procès-verbal compte rendu ne prend pas de trait d’union.
Connexion / Connection On écrit connexion et non connection
Contredisez / Contrefaites Le verbe « contrefaire » se conjugue comme « faire » mais le verbe « contredire » se conjugue comme « médire ». 
Croivent / Croient Croivent est incorrect
Davantage / D’avantage(s) « Davantage » peut être remplacé par « plus (de) »; « d’avantage(s) » se substitue à « de bénéfice(s) ».
Debout Cet adverbe ne prend pas la marque du pluriel. « ils sont debout ».
Décade / Décennie Une décade est une période de dix jours, tandis qu’une décennie est une période de dix ans. 
Dénoter / Détonner  Le verbe « dénoter » doit être suivi de la chose qu’il dénote ; il ne peut être employé seul. Détonner signifie hors du ton.
(Depuis) quelque temps Cette expression s’écrit toujours au singulier.
De suite et tout de suite « De suite » signifie à la suite, d’affilée. « Tout de suite » signifie dans très peu de temps, rapidement. On dit « je reviens tout de suite » et non « je reviens de suite ».
De temps à autre autre ne prend pas de s.
Différent / Différend L’adjectif « différent » s’écrit avec un t. Le nom « différend » s’écrit avec un d.
Dites / Dîtes / Faites / Faîtes  « Dites » ne prend pas d’accent au présent de l’indicatif ni au présent du subjonctif mais au passé simple.« Faîte » signifie « sommet, apogée ». On n’écrit jamais « faîtes » dans la conjugaison du verbe « faire » mais toujours « faites ».
Termes Difficultés ou erreurs courantes
du / dû Le participe passé du verbe « devoir » prend un accent au masculin singulier.
Eh bien / Hé bien / Et bien / Eh oui Comme dans « Eh oui » ou « Eh non », il ne s’agit pas de « Et puis », mais de l’expression d’une exclamation. «
En matière de / En termes de Toujours au pluriel, l’expression « en termes » signifie « dans le vocabulaire de » .
Enjôler / Enjoliver « enjôler » prend un accent circonflexe mais, il n’y en a pas sur le o d’« enjoliver ».
En son for intérieur Le mot « for » ne prend pas de t.
Espèce de Le nom espèce est un nom commun féminin 
Etc. « etc. » est la forme abrégée d’« et cetera » (ou « et cætera ». On ne doit donc pas écrire « … etc. », « etc… » ou « etc., etc. » uniquement « etc. ».
Être convenu que / Avoir convenu que Lorsque l’on veut évoquer un accord passé entre plusieurs personnes, il convient de conjuguer le verbe avec l’auxiliaire être.
Fomenter Ce verbe ne prend pas de r après l’o.
Fort : se faire fort de Devant un infinitif, « se faire fort de » signifie « se prétendre capable de » et demeure invariable.
Fruste / Frustre L’adjectif « frustre » n’existe pas. Il faut dire « un homme fruste ».
Gens Un adjectif ou un participe passé associé à gens peut être masculin ou féminin, selon sa place. S’il précède gens, il est féminin. S’il suit, il est masculin. 
Gent féminine / Gente féminine La gent est un nom commun féminin qui signifie « la population » ou « le peuple ». Il n’y a donc aucun besoin de lui ajouter un e final.
Gril / Grill L’ustensile permettant de faire cuire à feu vif des aliments s’écrit gril; le restaurant où l’on mange des grillades grill. 
Faire bonne chère L’expression « se régaler » s’écrit « faire bonne chère » (et non « faire bonne chair »)
Hiberner / Hiverner « Hiberner » a le sens d’hiberner pendant l’hiver, dormir d’un sommeil prolongé. « Hiverner » signifie « passer la mauvaise saison à l’abri ».
Hormis / Parmi  À la différence d’« hormis »,  « parmi » ne prend jamais de s.
Inclus(e) / Inclu(e) Le participe passé du verbe inclure est « inclus » et non « inclu » (contrairement à exclure : exclu) 
Martyr / Martyre Le supplice s’écrit « martyre ». L’homme victime d’un martyre est un « martyr ».
Mourir / Nourrir Le verbe « mourir » ne s’orthographie à l’infinif qu’avec un seul « r », contrairement au verbe « nourrir » .
Naviguant / Navigant On écrit « en naviguant » avec un u, mais « personnel navigant » sans u.
Notre / Nôtre / Votre / Vôtre Le déterminant ne prend pas d’accent. Ce dernier est réservé au cas où le mot n’est pas suivi d’un nom ou d’un groupe nominal (« Cet objet est nôtre »).
Occurrence Les deux premières consonnes redoublées ne doivent pas être omises.
Opprobre Ce mot est masculin.
Pallier / Pallier à Le verbe pallier est transitif direct : il admet donc un complément d’objet direct, sans préposition (« pallier une difficulté, pallier des problèmes » )
Parfois / Quelquefois / Des fois « Des fois » est plus familier que « parfois », mais ne constitue pas une faute de français. 
Petit déjeuner / Petit-déjeuner Le nom « petit déjeuner » ne prend pas de trait d’union. Celui-ci est réservé au verbe « petit-déjeuner ».
Peut être / Peut-être On écrit « peut-être », avec un trait d’union, lorsqu’il s’agit de l’adverbe qui peut être remplacé par « éventuellement, possiblement ou probablement ». 
Prémices / Prémisses Ces homophones sont tous les deux féminins mais ne sont pas synonymes.
Primer « Primer sur » est incorrect, le verbe primer étant transitif direct. 
Profiter à / Bénéficier à quelqu’un Quelqu’un bénéficie de quelque chose, mais quelque chose ne bénéficie pas à quelqu’un. 
Quelque / Quel que Lorsque le son « quel que / quelque » n’est pas suivi du verbe être, on écrit « quelque ».
Quoi que / Quoique Quoique signifie bien que; quoi que signifie quelle que soit la chose que.
Remercier pour – Remercier de La préposition « pour » s’utilise lorsque le complément introduit est un nom.
Réveille-matin On ne doit donc pas écrire « réveil-matin ».
Rien moins que / Rien de moins que Rien de moins que a le sens de tout à fait, alors que rien moins que signifie aucunement.
Roder / Rôder « Rôder » signifie « errer de manière suspecte ». Dans tous les autres cas, on écrit « roder » sans accent.
Re- Lorsque l’on ajoute le préfixe « re- » à un mot commençant par un s suivi d’une voyelle, on double le s (« ressemer », « ressortir », « ressouder »). Il y a quelques exceptions : « resaler », « resalir », « resituer », « resonner ». On a le choix d’écrire le verbe « res(s)urgi
Satire / Satyre Une satire est une œuvre qui s’attaque à une personne ou à une institution en s’en moquant, un satyre est un demi-dieu de la mythologie grecque.
Savoir gré On ne doit pas dire ni écrire « je vous en serais gré », mais « je vous en saurais gré ». 
Saynète / Scénette Le mot « scénette » n’existe pas.
Se rappeler / Se souvenir  « se rappeler » est un verbe transitif direct : on se rappelle quelque chose ou quelqu’un, alors qu’on se souvient de quelque chose ou de quelqu’un. 
Suite « De suite » signifie « d’affilée » . On ne doit donc jamais l’employer au sens de « tout de suite ».
Sur le plan / Au plan On écrit « sur le plan juridique » et non « au plan juridique ». On écrit « au niveau international » plutôt que « au plan international ».
Symptôme / Syndrome À la différence du mot « symptôme », le mot « syndrome » ne prend pas d’accent circonflexe.
Tache / Tâche Une tache est un travail; une tâche une marque.
Tel que La locution « tel que », composée de l’adjectif tel et du terme de liaison que, s’accorde avec le nom auquel elle se rapporte et qui généralement précède. 
Tout autre / Toute autre Au sens de « complètement », « tout » est invariable devant un adjectif commençant par une voyelle ou un h muet. 
1,5 kilomètre(s) En français, le pluriel commence à deux. 
9 h (0)5 / 10 h (0)3  Il faut écrire « 9 h 5 », « 10 h 3 » et non 9h 05…