LANGUE FRANÇAISE : 100 erreurs courantes à éviter !

Nous avons repris ci-dessous un ensemble d’erreurs courantes lors de l’écriture de la langue française.

Confusion Forme correcte
1ère / 1re – 2ème / 2e Un ordinal s’abrège 1er (premier), 1re (première) 2e (deuxième), 2d (second), 2de (seconde) 3e (troisième), 3es (troisièmes). Il faut rajouter un s au pluriel. Cela ne s’abrège pas : 1ère, 2ème, 2ième ou 2nd. 
À Paris / sur Paris Le nom d’une ville doit être précédé de « à » et non de « sur ». Précédé du verbe « partir », on utilise « pour ». 
À vélo / En vélo « À vélo » ou « à bicyclette » est la forme correcte.
Aborigène Le mot « aborigène » ne prend pas de r avant et après le b.
Acceptation / Acception Lorsqu’il est question d’accepter, on parle d’acceptation. Le mot « acception » signifie « sens ».
Accentuation des majuscules On accentue donc les lettres majuscules: « À la plage, les États-Unis, l’Île-de-France… »
Accro / Accroc Au sens de « déchirure », « accroc » prend un c final. On dit  » être « accro à quelque chose »
Accueil / Acceuil Accueil s’écrit « ueil » et non « euil » car le u suit directement le c alors que dans le mot fauteuil, le u suit la voyelle e.
Acquis / Acquit Le mot « acquis » vient du verbe « acquérir ». Le mot « acquit » est un substantif du verbe « acquitter » (« par acquit de conscience », « bon pour acquit). On écrit  « bien mal acquis».
Agressif Les mots « agressif, agression, agressivité » ne prennent qu’un seul g. 
Aigu, ambigu, contigu, exigu Les mots qui se terminent par la syllabe gu prononcée distinctement et suivie d’un e ou d’un i prennent un tréma sur cette voyelle : aiguë, ambiguë, ambiguïté, contiguë, exiguë, exiguïté. 
Aller : être allé  ou avoir été On ne doit pas employer « j’ai été » pour « je suis allé », « être » n’indiquant qu’un état.
Aller de pair, hors pair L’expression « aller de pair » signifie « aller ensemble en étant sur le même rang ». Elle n’a rien à voir avec une paire. 
Amorcer / Initier Initier signifie apprendre, enseigner ou instruire et non amorcer 
Apporter / Amener / Emporter / Emmener On apporte quelque chose chose et on amène quelqu’un (personne ou animal) 
-atre / -âtre Les mots en « -âtre » (verdâtre, plâtre, théâtre, etc.) prennent un accent circonflexe, à l’exception de ceux en « -iatre » (psychiatre, etc.). sauf « acariâtre » et « opiniâtre ».
Au temps pour moi / Autant pour moi Au temps pour moi signifie « Je me suis trompé », est issue du langage militaire. Dans une séquence d’ordres,  si on se trompe d’ordre, on revient « au temps précédent ».
Autrement « autrement plus » est incorrect
Aux dépens de / Aux dépends de Le verbe à l’origine de cette expression est « dépenser », et non « dépendre », d’où l’orthographe « aux dépens de »
Avoir envie de / à l’envi L’expression « à l’envi » ne prend pas d’e final.
  Ayant(s) droit[modifier le code]
Ayant(s) droit Dans les expressions « ayant droit » et « ayant cause » « ayant » peut prendre la marque du pluriel. 
Bâfrer / se bâfrer « Bâfrer » signifie se goinfrer; « se bâfrer »est incorrect
Bailler / Bâiller / Bayer On écrit « bailler des fonds » (remettre de l’argent) et « bayer aux corneilles » (rêvasser). Lorsqu’on a sommeil, on « bâille », avec l’accent sur le a, et non sur le i.
Balade / Ballade Une « balade » est une promenade en langage familier.Une « ballade » est un poème ou une pièce musicale
   
Confusion Forme correcte
Ensemble Ce mot étant un adverbe, il ne prend pas la marque du pluriel. On écrit « ils sont ensemble ». 
Bistouri – Scalpel Le bistouri, à lame fixe ou mobile, est utilisé par le chirurgien pour l’incision dans les chairs, alors que le scalpel, à lame fixe, est destiné à la dissection par le médecin légiste.
Ça me gratte / Ça me démange En langage soutenu, il ne faut donc pas écrire « ça me gratte » mais « ça me démange »
Causer La tournure « causer à quelqu’un » est incorrecte. Il faut dire « causer avec quelqu’un ».
« Je suis fatigué, cela dit, je veux bien venir avec vous. » On ne peut donc pas dire ou écrire « ceci dit », il faut dire ou écrire « cela dit ». 
Censé / Sensé « Censé » est synonyme de « supposé », « sensé » signifie « qui a du sens ». 
C’est la faute de « c’est de la faute de » ou « c’est de ma faute » sont incorrects (c’est la faute de, c’est ma faute)
Conjecture/ conjoncture  Conjecture » signifie « hypothèse » et ne doit pas être confondu avec « conjoncture », qui signifie « situation ».
Chargé de / En charge de Il faut écrire « chargé de » plutôt que « en charge de ».
Chiffre d’affaires  On écrit toujours un chiffre d’affaires avec un « s » à affaires, car il s’agit du chiffre des affaires.
Chœur / Cœur On dit « chanter en chœur », « enfant de chœur » et non chanter en cœur ou enfant de cœur. De plus, cœur ne s’écrit pas coeur, et chœur ne s’écrit pas choeur.
Compte rendu / Procès-verbal compte rendu ne prend pas de trait d’union.
Connexion / Connection On écrit connexion et non connection
Contredisez / Contrefaites Le verbe « contrefaire » se conjugue comme « faire » mais le verbe « contredire » se conjugue comme « médire ». 
Croivent / Croient Croivent est incorrect
Davantage / D’avantage(s) « Davantage » peut être remplacé par « plus (de) »; « d’avantage(s) » se substitue à « de bénéfice(s) ».
Debout Cet adverbe ne prend pas la marque du pluriel. « ils sont debout ».
Décade / Décennie Une décade est une période de dix jours, tandis qu’une décennie est une période de dix ans. 
Dénoter / Détonner  Le verbe « dénoter » doit être suivi de la chose qu’il dénote ; il ne peut être employé seul. Détonner signifie hors du ton.
(Depuis) quelque temps Cette expression s’écrit toujours au singulier.
De suite et tout de suite « De suite » signifie à la suite, d’affilée. « Tout de suite » signifie dans très peu de temps, rapidement. On dit « je reviens tout de suite » et non « je reviens de suite ».
De temps à autre autre ne prend pas de s.
Différent / Différend L’adjectif « différent » s’écrit avec un t. Le nom « différend » s’écrit avec un d.
Dites / Dîtes / Faites / Faîtes  « Dites » ne prend pas d’accent au présent de l’indicatif ni au présent du subjonctif mais au passé simple.« Faîte » signifie « sommet, apogée ». On n’écrit jamais « faîtes » dans la conjugaison du verbe « faire » mais toujours « faites ».
   

Citation sur la langue française :

« Oui, j’ai une patrie : la langue française. »

Albert Camus

Lire la suite de l’article, page 2