ADVERBES ET VERBES : les règles de redoublement des consonnes et les exceptions

De nombreux adverbes présentant une terminaison ayant un son en « ament »,   « ement », «ément » ou « ument » ainsi que la conjugaison de verbes en « eter » ou « eler » posent la question du redoublement éventuel des consonnes

Les adverbes :

De façon générale, il faut se reporter à l’orthographe de l’adjectif à partir duquel l’adverbe est créé pour choisir la bonne terminaison.

Les adverbes se prononçant avec le son [a] prennent toujours deux « m ». La graphie « amment » est destinée aux adverbes dont l’adjectif finit par « ant ».

Tout son autre (que le [a]) oriente vers la graphie à une seule consonne (m).

Ainsi, les adverbes ayant un son en « ement », « ément » ou « ument » s’écrivent avec un seul « m ».

A noter que les adverbes en « ument » présentent parfois un accent circonflexe sur le « u », censé signaler la disparition du « e »: assidûment, congrûment, crûment, dûment, goulûment, incongrûment, indûment, nûment. D’autres n’en prennent pas : absolument, ambigument, éperdument, ingénument, prétendument, résolument.

Les verbes

Concernant les verbes se terminant en « eter » ou « eler », la grande majorité voit sa consonne doubler (« l », « t ») devant un « e » muet (« e » non accentué, qui peut se prononcer ou non) aux présents de l’indicatif et du subjonctif (sauf à nous et vous), au présent du conditionnel, au futur à toutes les personnes et à la deuxième personne du singulier de l’impératif présent.

Exemples : amonceler, appeler, atteler, cacheter, carreler, chanceler, craqueler, décacheter, déchiqueter, décolleter, déficeler, déniveler, dépuceler, désensorceler, dételer, écheveler, empaqueter, ensorceler, épeler, épousseter, étinceler, étiqueter, feuilleter, ficeler, grommeler, guillemeter, hoqueter, interjeter, jeter, jumeler, marqueter, morceler, moucheter, museler, niveler, pailleter, parqueter, pelleter, piqueter, projeter, rappeler, recarreler, rejeter, rempaqueter, renouveler, riveter, ruisseler, tacheter, voleter.

Interpeller conserve dans toute sa conjugaison les deux « l » tout comme regretter qui garde ses deux « t» . Il suffit d’observer le verbe à l’infinitif pour savoir s’il prend une ou deux consonnes.

Si, à la conjugaison, le « e » muet disparaît au profit d’une syllabe sonore (qui se prononce : ais, ait, ons, ez…), la consonne reste simple.

Les verbes qui mettent l’accent grave devant une syllabe muette se conjuguent sur le modèle du verbe modeler !

Exemples : aciseler (terme de viticulture), celer (déceler, receler), ciseler, démanteler, écarteler, embreler, s’encasteler, épinceler, geler (dégeler, regeler, congeler, décongeler, recongeler, surgeler), harceler, marteler, peler, receler; acheter (racheter), bégueter, caleter, corseter, crocheter, émoucheter, fileter, fureter, haleter, rapiéceter.

Quelques règles, de la pratique, et la connaissance des exceptions permettent d’orthographier de façon correcte ces adverbes et ces verbes quant au redoublement éventuel de leur consonne.

Aller plus loin :

1111 mots de français soutenu – collection Facil’à dire en vente boutique Culture crunch

1