COUGNOU DE NOËL

Le cougnou ou cougnole, folard ou pain de Jésus, est une viennoiserie typique de la Belgique et du nord de la France à la forme d’un petit-Jésus consommée durant les périodes de la Saint-Nicolas et de Noël ainsi qu’à la Saint-Martin.
Le mot cougnou viendrait de cunoieus ( « petit coin ») ou cougne (coin en fer pour fendre le bois). Le quignon est d’ailleurs une grosse tranche de pain en forme de coin.

Facile à préparer, moelleux et savoureux, il est parfait lors des collations de la journée.

Niveau de difficulté : faible
Temps de préparation : 35 min
Temps de repos : 2 h 45 min
Temps de cuisson : 30 min
Temps total : 1 h 5 min + 2 h 45 min (repos)
Ingrédients : 6 personnes
500 g de farine
15 g de levure fraîche de boulanger
180 ml de lait
100 g de beurre
2 œufs
80 g de sucre
1/2 c. à c. de sel
1 jaune d’œuf mélangé à un peu d’eau

Préparation :

  • Dans un bol, déposer la farine, émietter la levure fraîche et mélanger. Ajouter le sucre.
  • Mettre le lait et le beurre coupé en dés dans un autre bol, faire chauffer le tout au micro-onde durant 30 s. Le liquide ne doit être ni trop chaud (au risque de tuer la levure), ni froid.
  • Verser le liquide et les œufs sur le mélange de farine. Commencer à pétrir et ajouter le sel.
  • Pétrir durant 10 à 15 min jusqu’à obtenir une pâte lisse et élastique.
  • Couvrir avec un linge et laisser lever jusqu’à ce que la pâte double de volume.
  • Préchauffer le four en mode statique à 160°C.
  • Déposer le pâton sur le plan de travail fariné, diviser en 4, puis diviser chaque pâton en 3 : 1 grosse et 2 petites boules.
  • Former le cœur du cougnou avec les gros pâtons légèrement allongés. Ajouter à chaque extrémités les petits pâtons façonnés en boules.
  • Laisser reposer durant 45 min, les dorer au pinceau avec le jaune d’œuf et recouvrir de sucre perlé.
  • Enfourner durant environ 30 min.
  • Sortir et laisser refroidir.
  • Servir et déguster !


Citation sur la cuisine :

« La cuisine ne se mesure pas en termes de tradition ou de modernité. On doit y lire la tendresse du cuisinier. »

Pierre Gagnaire (Chef)