COLLÈGUES TOXIQUES : comment les identifier et s’en protéger

collègue toxique

Un français sur dix ne supporterait pas ses collègues de travail. 36 % des employés se plaindraient de tensions sur le lieu de travail. De fait, 5 à 10 % des hommes ou des femmes au travail auraient une personnalité toxique provoquant baisse de l’estime de soi, démotivation, stress continu parmi leurs collègues. Disposant de moins d’influence sur la rémunération ou la carrière qu’un manager, leur proximité rend leur toxicité plus nuisible, nécessitant de s’en défendre activement avant qu’elle ne soit dommageable.

Qui sont-ils ?

Un collègue toxique est celui ou celle qui, de façon persistante et récurrente, multiplie les jugements négatifs, les sentiments et les intentions comportementales nuisibles envers ses collègues.

Cela peut aller des agressions verbales aux sautes d’humeur régulières, en passant par les incivilités et les fraudes en tous genres, sans oublier les comportements plus pervers tels que le harcèlement physique ou moral.

Maniant la manipulation, l’intimidation et l’humiliation, il recherche le pouvoir et pense l’obtenir en dégradant les autres et leur travail. Surinvestissant dans le travail pour être valorisé, il s’agit souvent d’une personne en souffrance.

Comment les reconnaître ?

  • Ils cachent bien leur jeu. Avenants et sympathiques, ils distillent leur venin sans que le groupe ne leur attribue directement les remarques acerbes et l’influence nuisible sur l’ambiance ;
  • ils suscitent des réactions diamétralement opposées, détestés ou très appréciés ;
  • ils tissent généralement des liens d’amitié avec leurs victimes ;
  • ils se posent souvent en victimes (surchargés de travail, sortant d’un problème de santé…) ;
  • ils sont imprévisibles, à la fois charmants et détestables ;
  • ils cherchent en permanence à prendre l’ascendant pour mieux manipuler ;
  • ils sont très critiques multipliant moqueries, blagues douteuses et remarques malveillantes sur leurs collègues ;
  • ils savent analyser les relations et l’ambiance et en jouer ;
  • ils enveniment les conflits, humilient en public ;
  • ils prospèrent lorsque la hiérarchie est déficiente ou fuit les conflits ;
  • ils sont calculateurs, préparant en permanence des coups bas ;
  • ils se mettent toujours en avant, n’hésitant pas à dénoncer les échecs ou les erreurs de leurs collègues.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous