BLUE MONDAY (21 Janvier) : le jour le plus déprimant de l’année existe-t-il vraiment ?

Une supercherie commerciale

Cliff Arnall, qui se présente comme psychologue, a admis en 2010 qu’il n’y avait rien de scientifique dans ce calcul et qu’il avait été commandité par une société de publicité pour le compte de l’agence de voyages Sky Travel.

Il a depuis annoncé avoir identifié le jour le plus heureux de l’année : le 3e vendredi du mois de juin. Cette fois l’enquête n’est pas financée par une agence de voyage, mais par une marque de glace…

La nouvelle « formule » à l’appui serait la suivante :

O + [NxS] + Cpm/t + He

avec O représentant les activités extérieures, N la nature, S l’interaction humaine, Cpm les souvenirs d’enfance liés à l’été, T les températures et He les vacances…

La propagation d’une pseudoscience encourageant l’achat compulsif

Ce genre de calculs est fâcheux, car il menace la compréhension que le public a de la science et de la psychologie. Par ailleurs, il n’est pas respectueux envers ceux qui souffrent véritablement de dépression, l’assimilant à une expérience temporaire et mineure.

Au-delà du problème moral, le « Blue Monday », opération commerciale reprise par certaines marques, confondu parfois avec le Black Friday, encourage les dépenses compulsives.

Selon une étude du Money and Mental Health Institute, neuf personnes sur dix dépenseraient plus d’argent lorsqu’elles ne se sentent pas bien. Les achats déclencheraient un sentiment de culpabilité, donnant lieu à d’autres achats pour « se sentir mieux », enclenchant un cercle vicieux dévastateur matériellement et psychologiquement.

De fait, baser des opérations commerciales sur des ressorts psychologiques culpabilisants et de fausses informations « pseudo-scientifiques » paraît tout aussi douteux que condamnable.

Par ailleurs, le 21 Janvier est depuis les années 1980 la journée internationale des câlins ou HUG DAY !

Aller plus loin :

HUG DAY, la journée internationale des câlins (21 Janvier): son origine, ses pratiques