PROFILS ATYPIQUES : Graal de l’entreprise agile

profil atypique

Dans une économie mondialisée nécessitant d’être toujours plus innovant et performant, une entreprise sur cinq en France et une sur trois dans le monde éprouvent des difficultés à recruter des collaborateurs de talents.

Les ruptures technologiques se multipliant, les profils atypiques à même d’accompagner ou de concevoir le changement sont accueillis à bras ouverts par les entreprises de technologie ou les PME et encore boudés par les grands groupes de l’économie traditionnelle.

Qu’est-ce qu’un profil atypique ?

Un profil est généralement considéré comme atypique :

  • par rapport à un parcours normé ou normal défini par la filière d’emploi ;
  • par son parcours et son expérience (formation d’autodidacte, formation hétérogène, reprise d’études en cours de carrière, première carrière hors filière, expériences difficiles tels une faillite ou un licenciement violent, changements fréquents d’employeurs, de secteurs, de villes ou de pays);
  • par son niveau d’expertise ou ses dons (prodige de la musique, athlète de haut niveau, génie des mathématiques…). Il dispose d’ailleurs d’un quotient intellectuel élevé et combine souvent plusieurs dons différents ;
  • par les objectifs différents qu’il se fixe (attaché à évoluer dans un cadre bienveillant, soucieux de tout comprendre, donne la priorité au résultat quelle qu’en soit la méthode).

La transformation du marché du travail et de la société tout entière a entrainé la multiplication de profils atypiques. Certains ont occupé des emplois dans différentes entreprises de façon successive ou simultanée et/ou changé fréquemment de métier.

De fait, s’ils veulent intéresser les recruteurs traditionnels, ils doivent leur fournir une grille de lecture (cohérence, motivations, soft skills) visant à rassurer et expliquer leur parcours atypique. Il recourent le plus souvent à des sites d’emploi spécialisés, aux réseaux sociaux ou à la cooptation.

atypique

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous