JACQUES BREL : formules d’anthologie

Je crois qu’un homme est un nomade, qu’il est fait pour se promener, pour aller voir de l’autre côté de la colline. Je crois que par essence la femme l’arrête, alors l’homme s’arrête près d’une femme et la femme a envie qu’on lui ponde un oeuf, toujours… toutes les femmes du monde ont envie qu’on lui ponde un oeuf. Alors l’homme il est bien bon, il est gentil, il calcule infiniment moins que la femme ; je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l’homme est con.
Je crois que Dieu, ce sont les hommes et qu’ils ne le savent pas.
Je hais la prudence, elle ne vous amène à rien.
Je n’ai pas assez d’imagination pour être quelqu’un d’autre que moi.
Je pose un certain nombre de décisions arbitraires et je m’arrange pour aller au bout de ces décisions d’une façon organisée.
Je prendrai dans les yeux d’un ami ce qu’il y a de plus chaud de plus beau et de plus tendre aussi ; qu’on ne voit que deux ou trois fois durant toute une vie et qui fait que cet ami est notre ami.
Je prendrai un nuage de ma jeunesse qui passait rond et blanc par-dessus ma tête et souvent et qui aux jours de faiblesse ressemblait à ma mère et aux jours de colère à un lion ; un beau nuage douillet et rond et confortable.
Je prendrai, dans les yeux d’un ami, ce qu’il a de plus chaud, de plus beau et de plus tendre aussi. Qu’on ne voit que deux ou trois fois durant toute une vie et qui fait que cet ami est votre ami…
Je suis un mort Encore vivant !
L’aventure c’est le trésor que l’on découvre à chaque matin.
L’humour est la forme la plus saine de la lucidité.
L’important c’est de faire les choses et d’aller voir.
L’indifférence est une habitude.
La Belgique, c’est un terrain vague où des minorités se disputent au nom de deux cultures qui n’existent pas.
La bêtise c’est de la paresse. La bêtise c’est un type qui vit, et il se dit : ça me suffit. Ça me suffit. Je vis, je vais bien, ça me suffit. Et il se botte pas le cul tous les matins en disant : c’est pas assez, tu ne sais pas assez de choses, tu ne vois pas assez de choses, tu ne fais pas assez de choses. C’est de la paresse je crois la bêtise. Une espèce de graisse autour du coeur qui arrive ; une graisse autour du cerveau. Je crois que c’est ça.
La difficulté fait partie de l’équilibre et évite un certain nombre de maladies de luxe.
La fidélité de certains hommes vis à vis d’autres hommes, ça, ça m’émeut aux larmes. Ça m’émeut aux larmes ! J’trouve ça beau, j’trouve ça noble, j’trouve ça très supérieur à tous les autres sentiments.
La qualité d’un homme se calcule à sa démesure ; tentez, essayez, échouez même, ce sera votre réussite.
La vie se décide au moment où on se demande : est-ce que ce sont les adultes qui sont cons ou est-ce moi ?
Le luxe c’est de pouvoir vivre n’importe où, en sachant de débrouiller.
Le malheur c’est exactement la différence qu’il y a entre le rêve et le réel.
Le monde sommeille par manque d’imprudence.
Le plus difficile pour un homme qui habite Vilvoorde et qui veut aller vivre à Hong-Kong, ce n’est pas d’aller à Hong-Kong, c’est de quitter Vilvoorde.
Le talent, ça n’existe pas. Le talent, c’est d’avoir envie de faire quelque chose.
Les Beatles n’ont fait qu’ajouter une pédale Charleston aux harmonies de Fauré.
Les bigotes, elles vieillissent d’autant plus vite qu’elles confondent l’amour et l’eau bénite. Si j’étais Dieu en les voyant prier, je crois que je perdrais la foi.
Les bourgeois, c’est comme les cochons Plus ça devient vieux, plus ça devient con.
Les femmes se préoccupent des hommes toute la journée alors que l’homme ne s’en préoccupe que dans la marge de ses appétits.
Les hommes ne disent que des bêtises quand ils parlent des femmes. Par contre les femmes ne disent pas toujours des sottises quand elles parlent des hommes.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous

Laisser un commentaire