JACQUES BREL : formules d’anthologie

Les hommes prudents sont des infirmes.
Les hommes sont malheureux parce qu’ils ne réalisent pas les rêves qu’ils ont.
Les vieux ne meurent pas, ils s’endorment un jour et dorment trop longtemps.
Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux.
Mais n’est-ce pas le pire piège Que vivre en paix pour des amants.
Mais tu n’es pas le Bon Dieu Toi, tu es beaucoup mieux Tu es un homme.
Malheur à qui peut préférer le verbe être au verbe avoir, je sais son désespoir.
Même s’il est sincère, aucun rêve jamais ne mérite une guerre.
Moi je t’offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas. Je creuserai la terre, jusqu’après ma mort, pour couvrir ton corps d’or et de lumière. Je ferai un domaine, où l’amour sera roi, où l’amour sera loi, où tu seras reine.
Mon idéal c’est essayer ! C’est tenter ! Tenter d’aimer le plus longtemps possible.
Nos problèmes sont des problèmes d’immortels.
Oh, mon amour mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour de l´aube claire jusqu´à la fin du jour je t´aime encore, tu sais, je t´aime.
On a beau faire, on a beau dire, qu’un homme averti en vaux deux, on a beau faire, on a beau dire, ça fait du bien d’être amoureux.
On n’oublie rien de rien, on s’habitue, c’est tout.
On ne meurt pas de se casser la figure. On ne meurt pas d’humiliation. On meurt d’un coup de couteau dans le dos.
On s’aperçoit très vite lorsqu’on n’est pas beau que l’intérêt que l’on peut avoir n’est pas en soi mais dans le mouvement. Les gens beaux ne pensent qu’à eux. Quand on est beau, on se suffit, mais on devient vite suffisant en vieillissant. Si j’avais été beau, je n’aurais pas eu de carrière.
Quand un homme n’a pas peur de coucher avec une femme, c’est qu’il ne l’aime pas.
Rêver un impossible rêve; Porter le chagrin des départs; Brûler d’une possible fièvre; Partir où personne ne part; Aimer jusqu’à la déchirure; Aimer, même trop, même mal; Tenter, sans force et sans armure; D’atteindre l’inaccessible étoile: tel est ma quête
Tous les enfants sont des sorciers.
Tout ce que l’on cherche à redécouvrir Fleurit chaque jour au coin de nos vies.
Un enfant avec un peu de chance ça entend le silence et ça pleure des diamants et ça rit à n’en savoir que faire et ça pleure en nous voyant pleurer, ça s’endort de l’or sous les paupières et ça dort pour mieux nous faire rêver.
Un enfant c’est le dernier poète d’un monde qui s’entête à vouloir devenir grand et ça demande si les nuages ont des ailes et ça s’inquiète d’une neige tombée et ça croit que nous sommes fidèles et ça se doute qu’il n’y a plus de fées.
Un enfant ça vous décroche un rêve, ça le porte à ses lèvres et ça part en chantant.
Un homme c’est fait pour bouger. Ce n’est pas fait pour s’arrêter. Tout le malheur vient de l’immobilité. On use les choses en étant immobile.
Un homme passe sa vie, à compenser son enfance.
Un homme qui n’a pas peur, c’est pas un homme (…). Qu’on n’vienne pas m’dire qu’un type n’a pas peur. C’est un fou ! Faut l’enfermer !
Un homme qui n’est pas tendre, c’est pas un homme. Un homme dur, ça n’existe pas. Un homme qui ne pleure pas, ça n’existe pas. Faut-il être égoïste pour ne jamais pleurer, que ce soit de honte ou de joie ; j’aime bien ce phénomène de tendresse.

 

Laisser un commentaire