FÊTE DE L’ASSOMPTION (15 août) : son histoire et sa signification

Une interprétation différente dans l’Eglise catholique et orthodoxe :

À l’origine, orthodoxes et catholiques honoraient la fin de la vie de la Vierge Marie de façon identique. La différence va s’établir progressivement.

L’Église catholique ne va pas parler de la mort de Marie, mais d’Assomption. Ce dogme, défini par le pape Pie XII en 1950, explique qu’à la fin de sa vie, Marie fut « assumée », corps et âme. Selon la foi catholique, tout être humain vivra cette même assomption, pas au moment de la mort, mais à la Résurrection de la chair. Le dogme de l’Assomption est la conséquence de celui de l’Immaculée Conception. Un privilège divin a épargné Marie du péché originel. Elle échappe ainsi à la mort, conséquence de ce même péché. Pour l’Orthodoxie, il n’y a pas de privilège dans la conception de Marie. Avec l’aide de la grâce, la Mère de Dieu s’est gardée toute sa vie pure de tout péché personnel. Elle a été conçue avec le péché originel. Marie a partagé le sort commun de l’humanité, y compris dans la mort avant d’être montée au ciel.

Même si elles évoquent une conception différente du rôle et de la fin de Marie, Dormition et Assomption sont source d’espérance de la vie éternelle après la mort.

La signification pour les croyants de l’Assomption

La liturgie de l’Assomption célèbre Marie comme la « transfigurée » : « elle est auprès de Dieu avec son corps glorieux et son âme ; en elle, le Christ confirme sa propre victoire sur la mort. Marie a réalisé le but pour lequel Dieu a créé et sauvé les hommes ». 

À l’exemple de Marie, les croyants sont invités à ne pas craindre la mort qui est un passage avec Jésus pour entrer dans l’amour du Père miséricordieux.

En la fêtant, les croyants contemplent le gage de leur propre destin, s’ils font le choix de s’unir à leur tour au Christ.

Cette contemplation renforce aussi la confiance dans l’intercession de Marie : la voilà toute disponible pour « guider et soutenir l’espérance de ton peuple qui est encore en chemin ». Avec Marie, ils sont invités à vivre leur vie d’enfant de Dieu dès à présent.

La fête de Assomption honore la Vierge Marie qui a dit « oui » à Dieu et ce « oui » a changé sa vie et celle du monde. La fête les aide à réaliser combien un tel « oui » peut conduire à une proximité durable avec Dieu : étant élevée auprès de Dieu, corps et âme.

Première d’une longue série, ce qui est advenu à Marie préfigurerait le destin promis aux autres hommes, s’ils suivent, à leur manière, son chemin.