LE VIN : un placement de connaisseur, de long terme

vin

Quels en sont les risques ?

L’investissement dans le vin présente des risques liés à sa nature d’actif non côté et à son caractère périssable :

  • Risque de marché : bien que n’étant pas directement corrélé aux marchés financiers, le marché du vin suit des cycles de valorisation spécifiques et connaît des rotations d’intérêt liées au type de vin et au terroir ;
  • Risque de liquidité : Actif non coté, malgré l’existence de transactions en salles aux enchères, sur les sites spécialisés ou via des courtiers, rien ne garantit la liquidité des références possédées. Quant à la cession des parts de fonds ou de GFV, elle n’est pas garantie et dépend entièrement du gestionnaire ;
  • Risque de décote : lors de ventes aux enchères, une décote liée à l’incertitude de qualité de conservation, à l’état extérieur des bouteilles, au type de vin ou au millésime peut être appliquée ;
  • Risque de conservation : actif périssable, malgré de bonnes conditions de conservation, rien ne garantit la bonne tenue du vin sur la durée ;
  • Risques liés à la gestion et à l’intermédiaire : outre vérifier son enregistrement auprès de l’AMF, il s’agit de correctement évaluer le professionnalisme et la solidité de l’intermédiaire.

Quels en sont les avantages ?

Le placement vin présente différents attraits.

En effet, il s’agit d’un :

  • Actif plaisir qui, à défaut d’être revendu, peut être consommé; d’où l’importance de sélectionner des vins de qualité que l’on apprécie ;
  • Actif de diversification décorrélé des marchés actions et de taux, pouvant constituer environ 5 % de son patrimoine (voire 10 % pour un connaisseur) ;
  • Actif présentant une forte attractivité à l’international : en particulier, les grandes références et les domaines montants de Bourgogne et du Bordelais ;
  • Actif à la fiscalité attractive : en dessous de 5000 €, la plus-value sur la vente d’un lot de bouteilles de vins n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu. Au bout de 22 ans, la plus-value est exonérée d’impôts. Les parts de GFV sont exonérées de l’impôt sur la fortune immobilière à hauteur de 75 % jusqu’à 101 897 € et 50 % au-delà.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous