SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUEMARIANNE : son histoire, sa symbolique, ses représentations

marianne

Marianne est une figure symbolique de la République française. Ayant l’apparence d’une femme coiffée d’un bonnet phrygien, elle incarne la République française et ses valeurs : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Elle est aussi une icône de la liberté et de la démocratie.

Son histoire, sa symbolique

Les premières représentations d’une femme à bonnet phrygien, allégorie de la Liberté apparaissent dans l’antiquité romaine, associant l’ancienne allégorie grecque de la liberté et le bonnet phrygien, coiffure du dieu perse Mithra ou du dieu d’origine phrygienne Atys.

En France, l’utilisation, comme symbole de la Liberté puis de la République, d’une femme drapée à l’antique portant un bonnet phrygien, trouve son origine à la fin du XVIIIe siècle. À l’époque, l’antiquité est très à la mode, la démocratie est une femme et les esclaves affranchis en Grèce et à Rome portent un bonnet phrygien rouge.

Quand la Révolution de 1789 éclate, c’est tout naturellement que Marianne, « Déesse » de la Liberté, arbore le bonnet phrygien. Un bonnet de ce type coiffait aussi les marins et les galériens de la Méditerranée et aurait été repris par les révolutionnaires venus du Midi. Marianne symbolise le changement de régime, mettant en avant la symbolique de la « mère patrie », de la mère nourricière qui protège les enfants de la République. Sous la Révolution, Liberté et République sont des femmes, souvent des guerrières. 

marianneL’origine de l’appellation de Marianne n’est pas connue avec certitude. Son utilisation comme symbole de la République remonterait à une chanson révolutionnaire du pays albigeois, la Garisou de Marianno (la Guérison de Marianne) écrite en octobre 1792, dix jours après la fondation de la République.

Par dérision, les contre-révolutionnaires appelleront également ainsi la République.

À partir de juin 1848, le prénom « Marianne » commence à être donné de façon clandestine pour désigner la République.

La République lance alors un concours de représentation de la nouvelle allégorie du régime. Deux représentations de Marianne s’opposent:

  • l’une « sage » hiératique et maternelle, assise cheveux attachés, seins couverts et sans arme, vêtue de long et coiffée d’une couronne de laurier ou de chêne qui  est au goût des républicains conservateurs;
  • l’autre « révolutionnaire » cheveux détachés, bonnet phrygien, poitrine découverte, combattante et armée, fougueuse au goût des républicains révolutionnaires…

La République est aussi matérialisée par Lamartine, lors de l’Assemblée constituante qui, alors que les pairs de France cherchaient leur modèle fait irruption avec le buste de Marianne de Lamartine, érudite, artiste, anglaise, muse et épouse du poète qui a donné pour la première fois son buste à la république.

Le conflit entre les deux représentations va reprendre sous la Troisième République.  A partir de 1877, les deux modèles apparaissent dans les mairies remplaçant les bustes de Napoléon III. Sous la Troisième République, les statues et surtout les bustes de Marianne se multiplient dans les mairies.  

Au XXe siècle, toutes les mairies se dotent progressivement d’un buste de Marianne épuré portant le bonnet phrygien, débarrassée de ses attributs (faisceau d’armes, niveau ou balance). Les dernières représentations sont celles reprenant les traits de femmes connues.marianne

Les représentations célèbres inspirées par Marianne

Le fameux tableau d’Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, est une allégorie de la liberté pouvant évoquer Marianne. Eugène Delacroix s’est inspiré de la révolution de Juillet de 1830 instaurant la monarchie de Juillet (passage d’un régime monarchique absolu et conservateur à un régime monarchique libéral). Ce tableau est une allégorie de la liberté non de la République.marianne

La statue de la Liberté, allégorie intitulée  La liberté éclairant le monde , offerte par la France aux États-Unis représente les valeurs communes des deux républiques aux constitutions issues des Lumières: la liberté éclairée et éclairante ; l’Alma Mater de la conscience civique assimilable à Marianne.

A Paris, place de la République figure une statue colossale de Marianne assortie d »allégories de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité.

Place de la Nation, un monument central figure La République, au sommet d’un char tiré par deux lions, est encadrée par diverses figures allégoriques.

Aller plus loin :

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – LE DRAPEAU TRICOLORE : son origine, sa signification, son respect

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – LA MARSEILLAISE : son origine, sa signification, son respect

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – LE COQ GAULOIS : son histoire, sa symbolique et ses représentations

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – La devise « LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ »: son histoire, sa signification, ses représentations

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – LE FAISCEAU DE LICTEUR : son histoire, sa symbolique et ses représentations

 

 

Publicités