SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUELE COQ GAULOIS : son histoire, sa symbolique et ses représentations

coq

Le coq gaulois est un des symboles allégoriques et des emblèmes de la France.

Durant l’Antiquité, le coq, auquel il est prêté des qualités de bravoure, de virilité et de vigilance, est un attribut de plusieurs dieux romains (Jupiter, Mars, Apollon ou Mercure). 

L’expression de « coq gaulois »remonte aux poètes romains à l’origine d’un calembour basé sur l’homophonie entre « gallus le coq » et « gallus le Gaulois » qui habite la Gallia, la Gaule…En reprenant ce jeu de mot, Jules César va lui donner une certaine notoriété.gaulleCette association disparaît dans la première partie du Moyen Age, le coq étant assimilé alors à la luxure, la colère, la bêtise ou à son côté belliqueux. Dans la deuxième partie du Moyen Age, de nombreux textes polémiques émanant d’ennemis de la France reprennent ce calembour de façon péjorative. Les Français et leur chef seraient « tout aussi orgueilleux que l’animal de la basse cour ». Le coq gaulois est souvent opposé à l’aigle de ses ennemis, le roi des airs.

Au XVIe siècle, Henri IV institue et démocratise la poule au pot, qui devient « plat national français ».la poule au potDurant la Renaissance, l’utilisation politique du coq gaulois comme emblème ethnique ou géographique est le fait d’érudits de la Renaissance pensant à tort que le coq est le plus ancien emblème français, l’emblème de la Gaule avant la conquête romaine.

Sous le règne des Valois et des Bourbons, le coq commence néanmoins à symboliser le roi de France et son royaume.

C’est durant la Révolution française que le coq va regagner en popularité. La loi du 9 avril 1791 stipule « qu’ un coq, symbole de vigilance » doit figurer au revers des monnaies d’or, des écus et des demi écus.

cocIl est repris sur le sceau du Premier consul et l’allégorie de la fraternité porte souvent un bâton surmonté d’un coq. Ecu

Durant la monarchie de Juillet, le coq est introduit en remplacement du lys dynastique.

Napoléon Bonaparte va remplacer le coq par l’aigle, car selon l’empereur : « Le coq n’a point de force, il ne peut être l’image d’un empire tel que la France ».

Les « Trois Glorieuses » de 1830 vont réhabiliter l’image du coq français. Louis-Philippe, signe une ordonnance indiquant que le coq doit figurer sur les drapeaux et les boutons d’uniformes de la garde nationale.

En 1848, le sceau de la Deuxième République représente la figure de la Liberté tenant un gouvernail marqué du coq.sceau

Naturellement dédaigné par Napoléon III, il devient un symbole quasi officiel sous la IIIè République. La grille arrière du palais de l’Élysée dite « Grille du coq » est ornée d’un coq; certains timbres ou pièces de 10 francs et 20 francs (en or) portent un coq au revers.coq élysée

Le coq gaulois est un motif assez fréquent parmi les ornements des monuments aux morts de France.

coq

Bien que Pierre de Coubertin, rénovateur des Jeux olympiques, jugeait en 1902 le coq « humiliant et grotesque », ce dernier fait son apparition sur un maillot sportif national en 1909 et devient l’emblème de la sélection olympique française à partir de 1920.coq

Sous la IVe République, les pièces de 10 francs, 20 francs et 50 francs portent un coq au revers. Par décret du 22 novembre 1951, l’insigne officiel des maires aux couleurs nationales comprend « une tête de coq d’or barbée et crêtée de gueules ».maire

Sous la Ve République, la pièce de 10 francs frappée en 1986 porte un coq à l’avers.

Même si sa présence sur les logotypes et maillots des équipes et fédérations françaises est parfois discutée, de nombreux sportifs estiment que porter un maillot frappé du coq constitue un honneur supplémentaire. football

 Si la République française lui préfère aujourd’hui le symbole de la Marianne, il figure toutefois sur le sceau de l’État, qui est celui de la Seconde République : la liberté assise tient un Coq sur un canon avec gouvernail sur lequel est représenté le coq.

Il possède une puissance symbolique très forte auprès des Français et est utilisé à l’étranger pour évoquer la France, notamment comme emblème sportif.

Aller plus loin :

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – LE DRAPEAU TRICOLORE : son origine, sa signification, son respect

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – LA MARSEILLAISE : son origine, sa signification, son respect

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – MARIANNE : son histoire, sa symbolique, ses représentations

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – La devise « LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ »: son histoire, sa signification, ses représentations

SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE – LE FAISCEAU DE LICTEUR : son histoire, sa symbolique et ses représentations

 

Publicités